Missions sur Mars : les risques pour la santé trop sous-estimés ?

Missions sur Mars : les risques pour la santé trop sous-estimés ?

DirectLCI
SCIENCES - Alors que les technologies s'améliorent et que les vols spatiaux longue distance deviennent possibles, la National Aeronautics and Space Administration (NASA) réalise qu'envoyer des hommes sur Mars les exposerait à des risques pour leur santé allant au-delà des limites qu'elle s'était fixées. Ce qui pose des questions d'éthique.

Ils avaient sûrement tout prévu, sauf ce petit détail. A l'annonce de la mission Mars One , beaucoup se sont demandés si ce projet né de Bas Lansdorp, fondateur de la société néerlandaise du même nom est utopique ou réalisable  : emmener une vingtaine de personnes coloniser la planète rouge en 2023. Encore faudra-t-il trouver un moyen de les faire vivre dans un endroit aussi inhospitalier, où les températures en dessous de moins 60 degrés. La NASA veut quant à elle envoyer des personnes d'ici les années 2030 et travaille actuellement à la construction d’un engin spatial à cet effet.

Mais un récent rapport de l'Institute of Medicine (IOM) vient de contrecarrer ces deux initiatives. Ce dernier est une organisation non gouvernementale dont le rôle est de fournir des conseils sur les questions relatives à la science biomédicale, la médecine et la santé. Il a été amené à se prononcer sur les conséquences d'un voyage spatial sur Mars et ses conclusions ne sont pas surprenantes : envoyer des hommes sur cette planète les exposerait à des risques pour leur santé. Mais surtout, les risques seraient bien plus importants que ce que soupçonnait la NASA.

Des risques "mal définis, incertains et imprévisibles"

"Ce genre de mission exposerait probablement les membres d'équipage à des niveaux de risques connus allant au-delà de ceux autorisés par les critères actuels en matière de santé, ainsi qu'à une série de risques encore mal définis, incertains, voire imprévisibles", souligne le rapport de l'Institute of Medicine (IOM). Quelques jours auparavant, l'agence spatiale affirmait dans une étude que lors de longs séjours en apesanteur, le cœur des astronautes a tendance à s'arrondir en raison de l'absence de gravité, ce qui n'est pas sans provoquer de graves conséquences cardiaques.

A l'heure actuelle, les astronautes sont envoyés en orbite terrestre basse, où ils peuvent passer entre trois à six mois dans la station spatiale internationale. Lors de courtes expéditions, ils peuvent subir des nausées, un état de faiblesse généralisé et une vision troublée. A long terme, les conséquences peuvent aller jusqu'à des cancers radio-induits en raison de l'exposition aux rayonnements ou la perte de masse osseuse. Au total, la NASA a identifié plus de 30 risques pour la santé liés à l'espace. Or, une expédition vers Mars pourrait prendre jusqu'à 18 mois.

Par conséquent, tous les prochains voyages à long terme ou dans l'espace lointain, nécessiteront d'inclure un angle éthique dans les prochaines conceptions de missions. Etant donné ces risques incertains et mal connus, la NASA a demandé à l'IOM de définir les principes d'éthique et les pratiques pour guider les décisions à venir. C'est donc tout naturellement que le comité a commencé par recommander à la Nasa d'assurer une couverture santé à vie pour ses astronautes... Quant au projet Mars One, les conditions sanitaires ne semblent pas être à l'ordre du jour puisque le voyage sera un aller simple .

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter