Moi(s) sans tabac : les astuces pour faire fuir l’envie de fumer

Moi(s) sans tabac : les astuces pour faire fuir l’envie de fumer
Santé
DirectLCI
JOUR 3, EPISODE 2 - Au bout du troisième jour passé sans fumer, il n’y a plus de trace de nicotine dans l’organisme. Une bonne nouvelle, donc. Mais l’envie d’allumer une cigarette, elle, est loin d’être partie en fumée. Tour d’horizon des meilleures techniques de diversions.

Journaliste à LCI et fumeuse depuis 8 ans, j'ai décidé de relever le défi collectif lancé par le ministère de la Santé. Mon objectif: ne pas allumer une seule cigarette pendant tout le mois de novembre. 


Jeudi 3 novembre, troisième jour passé sans fumer une cigarette. Si vous aussi vous avez tenu le coup, sachez que depuis hier nous n’avons plus de monoxyde de carbone dans les poumons. Et c’est une très bonne chose puisqu’il "prend la place de l’oxygène dans les poumons", nous expliquait le tabacologue Olivier Smandja. Mieux encore, depuis aujourd’hui, il n’y a plus une seule trace de nicotine dans le corps. Que du positif. Enfin presque.


Mon cœur et mes poumons ont beau se porter un peu mieux, mon cerveau, lui, tourne en boucle : j’ai régulièrement une furieuse envie de fumer. Un petit coup d’œil jeté à l’agenda du kit anti-bac me rappelle qu’une "envie de cigarette passe en 2-3 minutes ! Une envie de fumer, si forte soit-elle, est aussi très brève". Mais voilà, cette envie a beau être "brève", elle revient toutes les heures. En sortant de chez moi le matin, après une réunion, avant manger, après manger, quand mes collègues se lèvent discrètement manteaux sur les épaules en chuchotant "Je vais aux toilettes" ou crient à tue-tête sans remords : "Qui veut sortir faire une pause ?". Alors pour tenir le coup, j’ai demandé conseil à d’anciens fumeurs. 

La liste de tes motivations, tu regarderas

Lorsqu’on décide d’arrêter de fumer, Tabac Info Service recommande de commencer par lister les raisons qui poussent à prendre une telle décision. Peur pour la santé ? Mal au porte-monnaie ? Parce que ça ne sert à rien ? Le fait d’écrire et/ou de se rappeler les objectifs de cette démarche peut être d’une grande aide. Pour Charlotte, ex-fumeuse depuis 2 ans, la raison était financière : "Je fumais à peu près un paquet par jour. Grâce à une application, je voyais tous les jours les économies que je faisais. À la fin de chaque mois, je m’autorisais une virée shopping pour me récompenser", explique-t-elle. Un paquet de cigarettes par jour pendant un mois, c’est à peu près 210 euros économisés. Au bout de 6 mois, on passe à 1.260 euros. Personellement, je vais m’offrir un joli voyage à Séoul très bientôt.

Lire aussi

Mange une clémentine, fais le tour de l’immeuble… ton esprit, tu occuperas

"La prochaine fois que vous aurez envie de fumer, brossez-vous les dents" : voilà le conseil très sérieux inscrit sur l’agenda du kit anti-tabac. Parce que je ne me voyais pas faire des pauses "brossage de dents" au bureau, j’ai écouté les conseils de Pierre, community manager à LCI : "Quand j’ai essayé d’arrêter, je faisais le tour de l’immeuble en courant pour décompresser". Pour être honnête, je ne cours pas mais je bouge pour m’occuper l’esprit. Et quand c’est le geste qui manque, je mange une clémentine (mieux vaut être prudent pour éviter les 2 à 4 kilos généralement pris par les ex-fumeurs). 

Mets des patchs, c’est remboursé

Mais outre la gestuelle, le manque de nicotine se fait aussi sentir. Patchs, chewing-gums, pastilles, inhalateurs…les comptoirs des pharmaciens débordent de substituts nicotiniques. Et ça tombe bien, l’Assurance Maladie rembourse les traitements jusqu’à 150 euros s’ils sont prescrits par un médecin (même du travail), une sage-femme, un chirurgien-dentiste, un infirmier et même les masseurs kinésithérapeutes. Les avis des spécialistes divergent sur leur efficacité mais ça ne coûte rien d’essayer, du coup.

Lire aussi

Vapoter, ce n’est pas tricher !

Parce qu’elle combine le geste et la nicotine, la cigarette électronique est aussi une bonne alternative. D’après les derniers travaux du Haut Conseil de la Santé Publique, elle peut constituer une aide pour arrêter ou réduire sa consommation de tabac. "Si vous arrêtez totalement de fumer du tabac en utilisant à la place une cigarette électronique contenant de la nicotine, vous réduisez les risques de développer des maladies graves, comme les cancers", précise le site de Tabac Info Service. Cédric, journaliste à LCI, explique avoir arrêté il y a trois ans grâce à la e-cigarette : "Sans ça, je n’aurais pas pu, mais aujourd’hui je ne peux plus m’en passer." Faute d'être addictif, l'objet a au moins l’avantage d’être dénué des plus de 4.500 substances toxiques présentes dans la cigarette. Une option qui me tente bien à l’approche du week-end.


PS : N’hésitez pas à laisser vos conseils dans les commentaires. 

Lire aussi

En vidéo

"Mois sans tabac" : en novembre, il est temps d'écraser son paquet

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter