Moi(s) sans tabac : en novembre, j’arrête avec vous

Moi(s) sans tabac : en novembre, j’arrête avec vous
Santé

GOODBYE TABAC – Comme 115.530 Français inscrits sur le site Tabac info service, j’ai décidé de relever le défi collectif lancé par le ministère de la Santé. Mon objectif : ne pas allumer une seule cigarette pendant tout le mois de novembre…et ça va être dur. Très dur.

C’est décidé. Ce lundi 31 octobre à 23h59 précise, j’écraserai ma dernière cigarette. La fin d’une relation nocive qui dure depuis près de huit ans. La tâche s’annonce plus que difficile mais je ne serai pas seule. Plus de 115.000 personnes ont rejoint la communauté des "futurs ex-fumeurs" sur le site de tabac-info-service. Olivier Smandja, un tabacologue qui a coordonné le projet nous l’affirmait le 10 octobre dernier : nombreux sont les Britanniques à avoir relevé le défi avec brio en 2012 (sur les 200.000 inscrits). Alors, pourquoi pas moi ? 

Lire aussi

    C’est de toute façon trop tard pour renoncer. Depuis que j’ai eu cette (folle) idée de proposer ce sujet en conférence de rédaction, une collègue bienveillante a pris soin de l’afficher dans l’open space. Au cas où j’oublierais... A J-1, j’appréhende. Je me suis testée hier, juste pour voir. Je n’ai fumé aucune cigarette du dimanche. Mais les félicitations ne sont pas (encore) de rigueur. Mon premier réflexe en sortant de chez moi ce matin a été d’aller voir mon buraliste. Une dernière fois. 

    Trouver de nouveaux moyens pour gérer le stress

    Mon histoire avec la cigarette a commencé sur les bancs de l’université. Perdue dans un flot d’étudiants, elle m’a permis de sociabiliser. Vraiment. "Excuse-moi, tu aurais du feu ? Ah, mais tu ne serais pas dans mon TD (Travaux dirigés) ?" Bref, le début de belles amitiés. Aujourd’hui encore, les pauses café-clope entre collègues à refaire le monde vont me manquer. Il va falloir trouver de nouveaux moyens pour gérer le stress quotidien ou l’ennui. Attendre le bus sans cigarette à la main risque de paraître beaucoup plus long.

    Lire aussi

      Mais c’est le prix à payer lorsqu’on est accro. Aujourd’hui, j’ai 26 ans et je fume un paquet par jour. Comme beaucoup, je pensais pouvoir arrêter quand je voulais mais dans les faits, c’est plus compliqué. Peu importe le risque de cancers, l’argent dépensé et l’odeur de tabac froid, l’envie prend le dessus. 

      Armée de mon kit anti-tabac, de ma nouvelle application, de mon livre de chevet Stop au tabac ! , d’un paquet de chewing-gum et d’une cigarette électronique (au cas où), je suis décidée. J’ai même ressorti ma carte de sport, trop longtemps délaissée. Pour éviter d’accumuler les kilos, j’ai rempli mon frigo d’aliments dits équilibrés : fruits et légumes à gogo, de la viande blanche et des épinards. Et puis quelques cookies, mais ça, ça reste entre nous. Loin de sonner le glas, c’est le début d’une nouvelle vie où je ne serai plus à bout de souffle. Affaire à suivre…

      PS : tous les messages d’encouragement sont les bienvenus.

      En vidéo

      Pour lutter contre le tabagisme, la Grande-Bretagne multiplie les mesures

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      EN DIRECT - Attentat de Conflans : "L'islam radical s'est infiltré au cœur même de notre société de tolérance et de liberté"

      CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

      Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

      EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

      Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

      Lire et commenter

      Alertes

      Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent