Nancy, Nice, Reims... Les maires réclament un durcissement des mesures sanitaires

Nancy, Nice, Reims... Les maires réclament un durcissement des mesures sanitaires

INQUIÉTUDE - Face au rebond de l'épidémie de Covid-19, des maires tirent la sonnette d'alarme, demandant à resserrer les restrictions. Mathieu Klein, maire PS de Nancy, juge"inéluctable" un reconfinement local tandis que Christian Estrosi, maire LR de Nice, demande, lui, un durcissement des mesures sanitaires.

Alors qu'un Conseil de défense se tiendra ce mardi 29 décembre au lendemain des premières vaccinations en France, plusieurs maires ont pris position, lundi sur LCI, face au rebond de l'épidémie de Covid-19. Christian Estrosi a convoqué en visioconférence un conseil local de santé pour faire le point sur la progression à Nice. Le maire LR de Nice s'inquiète de la hausse des indicateurs (le taux d'incidence dans le département des Alpes-Maritimes était au 27 décembre de 323 pour 100.000, soit plus du double de la moyenne nationale) mais aussi du relâchement constaté : "La situation d'urgence n'est pas à aujourd'hui mais à 8 jours ou à 15 jours. Elle nous force à prendre des mesures d'anticipation", a-t-il expliqué sur LCI. Pour ce faire, "nous estimons que le confinement n'est pas la meilleure voie, il faut des mesures restrictives de déplacement. Tout franchissement de la frontière italienne en direction de la France doit faire l’objet d’une quarantaine". 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Christian Estrosi, qui s'est entretenu dimanche avec le ministre de la Santé Olivier Véran, a indiqué qu'il allait de nouveau le contacter pour lui formuler également un certain nombre de demandes restrictives : réciprocité de la quarantaine entre la France et l'Italie, limitation des déplacements entre les Alpes-Maritimes et la principauté de Monaco où hôtels et restaurants demeurent ouverts, systématisation des tests PCR pour les voyageurs débarquant à l'aéroport de Nice.

Autres pistes soulevées par l'édile de Nice : une campagne de vaccination plus rapide. "Il ne peut pas y avoir des vaccins que dans quelques lieux expérimentaux en Ile-de-France. Nous ne souhaitons pas que notre campagne de vaccination commence dans 8 jours mais maintenant" a-t-il déclaré. Christian Estrosi a en outre défendu un arrêté "pour imposer aux grandes surfaces un pourcentage de fréquentation de l’occupation de leur surface"

En vidéo

Nice s'inquiète face à la reprise épidémique

Le maire de Nancy plaide un "reconfinement local"

Alors que Christian Estrosi ne souhaite pas de reconfinement afin de ne pas "priver de liberté ceux qui se comportent bien" précise-t-il sur LCI, Mathieu Klein, comme d'autres élus dans le Grand Est, milite au contraire pour un nouveau confinement, local, pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Le maire PS de Nancy a jugé "inéluctable" un durcissement face au rebond de l'épidémie de Covid-19 dans la région. Une hypothèse qui n'a pas été exclue par le ministre de la Santé, Olivier Véran, ce dimanche. 

Lire aussi

"Je pense que la perspective du reconfinement est une perspective aujourd'hui inéluctable", a-t-il déclaré sur France Info, tout en laissant à l'État le soin d'en fixer le périmètre, qui pourrait être celui de la région ou de la métropole. "Dans les régions les plus touchées aujourd'hui, il serait nécessaire que la vaccination soit présente le plus vite possible et accélère", a-t-il également prôné. "Ici dans le Grand Est, et particulièrement en Lorraine et à Nancy (...) la circulation du virus s'est accélérée fortement depuis quinze jours, trois semaines", a fait valoir le maire de Nancy.

"Très inquiet",  il a évoqué une situation "très tendue" à l'hôpital avant même les réveillons de Noël et du Nouvel an. "En quinze jours, à l'hôpital de Nancy, nous sommes passés de 117 à 163 patients hospitalisés pour le Covid", ceux-ci occupant désormais "la moitié des lits de réanimation", a-t-il précisé. "Le Covid est entré à l'hôpital, des clusters existent", a souligné Mathieu Klein. "Nous attendons qu'une situation se dégrade pour prendre des mesures alors que nous pourrions faire preuve de plus d'anticipation", a-t-il déploré. 

Le maire de Reims veut reconfiner pour anticiper la rentrée

À l'instar du maire PS de Nancy, le maire LR de Reims Arnaud Robinet plaide pour un reconfinement avant la rentrée. Pour ce dernier, pas de "solutions miracles", la France doit s'inspirer d’autres pays européens comme l’Italie, l’Allemagne ou les Pays-Bas.

En vidéo

Un reconfinement par département ? Interview de Arnaud Robinet, maire LR de Reims

Interviewé par LCI ce lundi, l'édile veut des "reconfinements territorialisés" afin d'investir pour "la rentrée 2021" : "Les chiffres ne sont pas bons" constate-t-il. "Il y a un taux d'incidence supérieur à la moyenne nationale et le risque d'évolution de la contamination est bien là", citant les chiffres du CHU de Reims. Il milite pour un reconfinement d'une durée "de 10 à 15 jours qui pourrait commencer dès cette semaine, pour permettre une reprise dans les meilleures conditions au premier trimestre 2021, accompagné d'une accélération de la vaccination dans les départements les plus fortement touchés"

La France a enregistré 8.822 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, selon Santé publique France dimanche soir, des données peu significatives le week-end suivant Noël. Il faudra attendre un rééquilibrage dans les jours qui viennent, alors que la campagne de vaccination française a été lancée symboliquement dans deux structures hospitalières pour personnes âgées à Sevran, en Seine-Saint-Denis, puis à Dijon. Au total, plus de 2,55 millions de cas de Covid-19 ont été confirmés depuis le début de l'épidémie, dont plus de 20.000 vendredi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Télétravail : Élisabeth Borne annonce un objectif de "5000 contrôles par mois" dans les entreprises

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.