Covid-19 : vers un confinement local ? Nice va être fixé ce lundi matin

Covid-19 : vers un confinement local ? Nice va être fixé ce lundi matin

ÉPIDÉMIE - L'annonce de mesures sanitaires plus strictes à Nice et dans les Alpes-Maritimes est attendue ce lundi. Confinement localisé ? Uniquement le week-end ? Pour les communes côtières seulement ? Plusieurs pistes sont envisagées.

La ville de Nice et le département des Alpes-Maritimes vont-ils être placés sous cloche ? De nouvelles mesures sanitaires renforcées doivent être annoncées ce lundi en fin de matinée, mais lesquelles ? En visite à l'hôpital l'Archet de Nice samedi, Olivier Véran a indiqué que ces nouvelles mesures pourraient "prendre la forme d'une accentuation du couvre-feu ou d'un confinement partiel" afin de freiner l'épidémie dans la métropole des Alpes-Maritimes, qui déplore des chiffres bien plus préoccupants que le reste du pays. Aujourd'hui, le taux d'incidence y est de 751 nouveaux cas de Covid pour 100.000 habitants ces sept derniers jours, contre 190 à l'échelle nationale. Le département, lui, connait un taux d'incidence de 587 nouveaux cas pour 100.000 habitants et un taux de positivité des tests supérieur à 10%. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Pour mettre en place de telles restrictions, des concertations locales ont été menées tout le week-end. Lors de son déplacement dans la région, Olivier Véran a alors demandé "au préfet de continuer la concertation avec l'ensemble des élus du territoire pour que (...) nous puissions prendre des mesures complémentaires de protection de cette population des Alpes-Maritimes face à cette flambée épidémique". Samedi matin, le ministre de la Santé s'était déjà entretenu une première fois avec Renaud Muselier, président de la région PACA.

L'hypothèse d'un confinement le week-end dans les communes du littoral

Selon nos informations, la principale piste évoquée au cours des discussions entre les élus et l'exécutif pourrait être "le confinement le week-end uniquement pour les communes du littoral et non pas à l'intérieur des terres". Comme l'explique notre envoyée spéciale Noëlle Ly, "des grandes villes comme Nice ou Menton seraient concernées mais les discussions sont toujours en cours". Ainsi, un consensus semble s'être dégagé à l'issue de la réunion tenue samedi soir autour d'un confinement intervenant le week-end et se focalisant sur la zone littorale, qui concentre les contaminations. Toujours d'après nos informations, les élus plaideraient pour un renforcement des contrôles dans les aéroports notamment, alors que les touristes sont nombreux dans la région. "On a évoqué un confinement local sur la bande urbaine pendant les deux prochains week-end", a ainsi confirmé sur LCI Alexandra Valetta-Ardisson, députée LaREM des Alpes-Maritimes.

L'hypothèse d'un confinement seulement le week-end avait été évoquée dès samedi par le maire de Nice, qui avait alors manifesté son soutien total envers les décisions gouvernementales. "Dès lors que le gouvernement décidera de dispositions qui contraindraient encore plus qu'on sorte moins, se fréquente moins [...] je le soutiendrai de toutes mes forces", avait assuré Christian Estrosi aux côtés d'Olivier Véran. 

En vidéo

Variant anglais : comment Nice a perdu le contrôle

D'autres pistes ont également été évoquées par les élus lors de ces réunions de concertation : généralisation du port du masque dans l'ensemble du département, renforcement des contrôles, durcissement de la jauge des centres commerciaux et interdiction des entrées dans le département sauf motif impérieux.  En revanche, les élus ont exprimé leur opposition à un "reconfinement général."

Si un confinement partiel était mis en place à Nice, il s'agirait d'une mesure inédite en métropole depuis le début de l'épidémie, l'exécutif ayant souvent envisagé des mesures territorialisés sans jamais vraiment les concrétiser, sauf en matière de couvre-feu. En Outre-Mer, un confinement local est en vigueur à Mayotte pour au moins trois semaines depuis le 5 février, pour faire face à l'apparition des variants sud-africain et britannique. 

Lire aussi

Vaccins supplémentaires et tests salivaires à l'école

En plus de ces mesures plus strictes, Olivier Véran a annoncé samedi 20 février la livraison dans le département de 3500 doses supplémentaires du vaccin Pfizer/BioNTech d'ici lundi, ainsi que des milliers de doses du vaccin AstraZeneca, "allouées dans les prochains jours". Ajouté à cela, "un dépistage massif" par le biais de tests salivaires doit être déployé dans les écoles dès la rentrée scolaire, le 8 mars prochain. Ce dépistage sera "un élément essentiel pour rassurer équipes éducatives et parents et limiter la progression", s'en est félicité Christian Estrosi, sur Twitter. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

EN DIRECT - Vaccin Johnson & Johnson : la HAS espère donner un avis "à la fin de la semaine"

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Assassinat de Samuel Paty : "J'ai menti", avoue l’adolescente à l’origine de la polémique

Lire et commenter