Non, l'OMS ne recommande pas le port du masque uniquement si l'on a des symptômes

Les recommandations de l'OMS ont largement évolué au cours des derniers mois.

HORS CONTEXTE - Des internautes assurent que l'OMS ne vante pas les mérites du masque pour toute la population, et qu'elle le recommande seulement aux symptomatiques. Ce n'est pourtant plus le cas depuis de longs mois.

Le masque a beau être devenu un objet du quotidien, certains continuent à douter de son utilité ou à le trouver gênant. Si les "anti" se montraient très virulents au printemps, une frange de la population y demeure hostile aujourd'hui, n'hésitant pas à relayer de fausses informations. C'est le cas ces derniers jours sur les réseaux sociaux, où une vidéo est diffusée pour prouver que même l'OMS juge les masques peu utiles. Elle recommanderait ainsi de n'en porter que si l'on développe des symptômes. Une affirmation erronée puisque l'organisation internationale a fait évoluer ses préconisations très rapidement.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Une séquence de mars 2020

Que ce soit sur Facebook ou Twitter, une vidéo mettant en scène une responsable de l'OMS est mise en avant et repartagée. Le Dr. April Baller, spécialiste en santé publique s'exprime au nom de l'organisation et explique que "si vous ne présentez aucun symptôme respiratoire", il n'est pas nécessaire "de porter un masque médical". Et de préciser que "les masques ne doivent être utilisés que par les agents de santé, les soignants ou les personnes souffrant de symptômes tels que la fièvre et la toux".

Les autorités sanitaires françaises feraient-elles du zèle en obligeant un port du masque généralisé ? En réalité, si la séquence relayée en ligne a bien reflété la position de l'OMS, il faut noter que l'organisation a depuis de long mois évolué sur la question, et qu'elle recommande désormais largement de circuler masqué, que l'on présente ou non des symptômes. L'agence Reuters explique ainsi que les images originales datent du 9 mars 2020, à une époque où l'épidémie n'avait pas encore pris l'ampleur que nous lui connaissons et où la position des autorités au sujet des masques était bien moins tranchée.

Lire aussi

Au fil des mois, l'OMS a évolué sur la question, si bien qu'elle juge aujourd'hui utile le port du masque pour les personnes non symptomatiques. Sur son site, elle explique que "dans les zones où le virus circule, il convient de porter un masque dans les lieux très fréquentés, lorsqu’il est impossible de garder une distance d’au moins un mètre avec les autres, et dans les endroits mal ventilés ou dont on ignore la manière dont ils sont ventilés". À l'extérieur, ajoute-t-elle, "portez un masque dans les situations où vous n'avez pas la possibilité de garder une distance physique avec les autres, par exemple : les marchés très fréquentés, les rues bondées et les arrêts de bus".

L'OMS a donc fait évoluer sa position au fil du temps, à l'instar du gouvernement. Un changement qui évoque les déclarations de responsables politiques tels que Sibeth Ndiaye, jugeant au début de l'épidémie que seuls les soignants avaient besoin du masque, et que l'étendre au reste de la population serait peu ou pas utile. Utiliser une séquence datant de mars 2020 se révèle en tout cas trompeur, celle-ci ne reflétant désormais plus la position de l'OMS.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la situation en Moselle "en voie d'amélioration", assure le préfet

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy invité du JT de 20H de TF1 mercredi

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter