Non, la police allemande n'a pas incité la population à refuser le vaccin

La scène à l'origine de cette fake news s'est déroulée à Francfort.

PROPAGANDE - Une vidéo virale montre une voiture de police allemande avancer doucement dans la rue tandis qu'un haut-parleur diffuse des messages anti-vaccins. Une scène trompeuse : les policiers n'en sont pas à l'origine.

"Les lignes bougent !" C'est avec ces mots qu'un internaute français a relayé des images tournées récemment en Allemagne. Une séquence de 3 minutes tournée avec un téléphone portable et sur laquelle on observe depuis la fenêtre d'un appartement une voiture de police qui avance à vitesse réduite. Rien de surprenant en apparence, sauf si l'on monte le son. En effet, des messages anti-vaccins sont proférés à l'aide de ce qui semble être un mégaphone ou un haut-parleur. 

Pour les opposants à la vaccination, il s'agit là d'un symbole de soutien incontestable, si bien que la vidéo est partagée en France sous le titre suivant : "La police allemande appelle la population a ne pas se faire vacciner". Des images trafiquées ? Non, mais dont l'interprétation est trompeuse. Face à l'émergence de cette fake news outre-Rhin, la police de Francfort où s'est déroulé la scène a apporté un démenti et expliqué qu'elle n'était pas à l'origine de ces discours, des explications confortées par les recherches réalisées par les médias locaux.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

La police encadrait une manifestation

Sur les réseaux sociaux allemands, une version plus détaillée de la scène a été décrite. Les discours entendus auraient ainsi été tenus par un médecin, à bord de la voiture de police visible sur les images. Un professionnel de santé qui aurait tenu à alerter la population des dangers liés à la vaccination. Une théorie qui a rapidement été contredite. 

La scène s'est en effet déroulée à Francfort, à l'occasion d'une manifestation qui a vu défiler un cortège d'une vingtaine de voitures à travers la ville, rapporte le média RTL. Contrairement à ce que prétendent des internautes, les sons ne proviennent pas de la voiture de police, qui ouvre la voie, mais d'un véhicule qui le suit de près, "un break noir BMW". La police de la ville a confirmé via son compte Twitter qu'elle n'avait rien à voir avec ces messages, et qu'elle ne faisait qu'encadrer la manifestation. L'interprétation de ces images tournées début janvier est donc totalement erronée.

Pour convaincre les plus dubitatifs qui soutiendraient que la police a menti, les médias allemands ont cherché d'autres vidéos de la scène, permettant de visualiser sous un angle différent les faits. Et ils y sont parvenus : un passant, au sol, a filmé le cortège et capturé avec son téléphone une séquence où l'on voit très distinctement le haut-parleur blanc qui équipe le break noir mentionné par RTL. Une voiture participant à la manifestation et qui suit le véhicule de police devant lui, à faible allure. 

Rapidement relayée sur Twitter, Facebook ou Télégram, la vidéo virale relayée jusqu'en France apparaît donc trompeuse. On peut noter que de notre côté de la frontière, c'est sur la plateforme Odysee qu'elle a été diffusée. Spécialisée dans l'hébergement vidéo, celle-ci profite d'une modération bien plus réduite que chez ses concurrents et permet de relayer de multiples fake news. 

Numérama consacrait un article en novembre à ce "YouTube libre", devenu "après à peine quelques mois d'existence" seulement "l'un des endroits les plus propices à la complosphère française". C'est notamment sur Odysee que le très controversé "documentaire" Hold-Up avait été largement relayé. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 16.600 cas ces 24 dernières heures

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Variants du coronavirus : faut-il privilégier le masque FFP2 dans les lieux à risques ?

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Qu'est devenue Delphine Jubillar ?

Lire et commenter