Non, le cerveau humain n'a pas de sexe !

Non, le cerveau humain n'a pas de sexe !

DANS NOTRE CERVEAU - La zone du cerveau dédiée à la sensibilité est-elle vraiment plus grande chez les femmes que chez les hommes ? Pour le savoir, des chercheurs ont épluché toute la littérature scientifique portant sur le sujet. Leur conclusion ? La taille du cerveau varie selon les individus, et non pas en fonction du sexe.

On dit souvent que les femmes sont plus émotives, qu'elles sont plus délicates mais aussi beaucoup plus dans l'empathie que les hommes. Pendant longtemps, cette croyance s'est appuyée sur des études scientifiques montrant notamment que l'hippocampe, c'est-à-dire la zone dédiée au traitement des émotions et à la mémoire, serait beaucoup plus développée.

Ce qui expliquerait, toujours d'après ces travaux, la raison pour laquelle les femmes résisteraient moins à la douleur et pleureraient plus souvent et avec moins de retenue que leurs homologues masculins. En moyenne, 30 à 64 fois par an pour les femmes contre 6 à 17 fois par an pour les hommes, selon une étude menée en 2009 par la Société ophtalmologie allemande. Mais est-ce réellement le cas ?

Cerveau masculin contre cerveau féminin : un préjugé sexiste sans fondement ?

Pour en avoir le cœur net, une équipe de neurologues de la Rosalind Franklin University of Medicine and Science (États-Unis) ont étudié la zone du cerveau dédiée à la sensibilité en passant au crible toutes les études scientifiques menées sur le sujet. Résultat ? Les conclusions de leurs travaux , à paraître prochainement dans la revue NeuroImage, il n'y a en réalité aucune différence de taille entre le cerveau de l'homme et celui de la femme.

EN SAVOIR + >> Le cerveau des femmes a moins de connexions que celui des hommes ?

"Les différences anatomiques entre les hommes et les femmes sont souvent utilisées pour justifier des préjugés, tels que l'existence d'un 'cerveau masculin' et d'un 'cerveau féminin', déclare dans un communiqué le Dr Lise Eliot, professeur en neurologie à la Rosalind Franklin University of Medicine and Science, qui a coordonné les travaux. Grâce à notre méta-analyse, nous avons constaté que ces différences sont en vérité minimes, voire insignifiantes."

76 études impliquant au total plus de 6000 participants

De quoi remettre en cause l'idée selon laquelle un hippocampe plus grand chez les femmes justifierait leur tendance à avoir une plus grande expressivité et communication émotionnelle et une meilleure mémoire verbale. Pour arriver à cette découverte, son équipe a analysé les résultats de 76 études impliquant au total plus de 6000 participants, dont l'activité des cerveaux avait été enregistré sous imagerie par résonance magnétique (IRM).

À LIRE AUSSI
>>  Voilà ce qui se passe dans votre cerveau quand vous avez le cœur brisé
>>  La drogue réduit le cerveau des femmes... mais pas des hommes

En analysant ces données, l'équipe du Dr Lise Eliot n'a constaté aucune différence significative de la taille de l'hippocampe entre les hommes et les femmes. Celle-ci varie selon les individus, et non en fonction de leur sexe. Quid alors des études montrant  des différences de capacités cérébrales entre hommes et femmes ? D'après la chercheuse, la taille du corps calleux joignant les deux hémisphères (que l'on a longtemps cru plus épais chez les femmes) serait lui aussi identique entre les deux sexes. "Il faut se méfier de ces pseudo-études scientifiques qui ne se portent que 15 ou 20 volontaires : elles sont souvent trompeuses", conclut le Dr Lise Eliot.

À LIRE AUSSI
>> Quand deux cerveaux humains communiquent (en télépathie)
>> Un chercheur français passe aux rayons X le cerveau de 40 pédophiles

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne interdite à Paris maintiennent leur appel

EN DIRECT - Covid-19 : la décrue se poursuit à l'hôpital, moins de 4400 malades en réanimation

EN DIRECT - "Excusez-moi, je me rends" : les détails de l'arrestation du fugitif des Cévennes

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

Retarder l'administration de la deuxième dose du vaccin Pfizer améliore l'immunité, selon une étude anglaise

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.