Non, attraper le Covid n'est pas moins risqué que se faire vacciner

Les risques liés à la vaccination sont bien moindre que ceux liés au fait d'attraper le virus.

MANIPULATION - Si une partie des Français craignent des risques liés aux vaccins, certains n'hésitent pas à assurer qu'attraper le Covid-19 serait moins dangereux que de recevoir une injection. Des affirmations fantaisistes.

Suivie sur Facebook par plus de 30.000 personnes, une page a partagé il y a quelques jours une image mettant en doute la sûreté des vaccins. Elle présente les "risques officiels de mourir", estimés à 0,04% si l'on attrape le Covid-19, et à 1% s'il l'on se fait vacciner. Dès lors, "pourquoi fait-on la chasse au virus et la promotion du vaccin ?", s'interroge ce message. Ces affirmations récoltent un certain succès : repartagées, elles sont également largement approuvées dans les commentaires. "C'est le but de la macronie et tous les pro-Covid-19 qui passent leur journée sur les plateaux TV pour nous faire le lavage de cerveau", peut-on par exemple lire. Si chacun est libre d'avoir ou non confiance dans les vaccins, les chiffres ici avancés sont faux et ne reflètent pas la réalité des résultats observés par les scientifiques et médecins.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Une létalité trompeuse

Le risque de décès si l'on attrape le Covid-19 n'est pas 0,04% comme le prétend cette publication. Si le taux de mortalité du virus est d'environ 0,1% (on l'obtient en rapportant le nombre de décès à la population globale), c'est au taux de létalité qu'il convient de se référer. Celui-ci désigne plus précisément le risque de décès pour une personne ayant effectivement contracté la maladie. 

Plus délicat à calculer, il suppose d'évaluer avec précision le nombre de personnes ayant été réellement infectées. Les scientifiques sont nombreux à se pencher sur cet indicateur à travers le monde, et des chercheurs de l'Imperial College of London l'ont évalué à environ 1%. Ils ont pour cela fait la synthèse de multiples travaux et études publiés depuis le début de l'épidémie. Ce taux varie d'un pays à l'autre : il est en effet lié à l'âge moyen des populations et augmente dans les pays les plus développés où l'on observe un vieillissement plus important. Dans un précédent article, LCI mettait par ailleurs en avant le fait que ce taux de létalité est très variable en fonction de l'âge des patients qui contractent le virus. Les plus de 90 ans sont ainsi très exposés, 1 sur 5 décède en moyenne après une contamination.

Lire aussi

Le chiffre avancé concernant les risques liés aux vaccins est lui aussi totalement trompeur. En effet, le taux de létalité des vaccins n'est pas de 1%. Si des volontaires sont décédés durant les essais cliniques ou par la suite, le corps médical a observé que ces morts n'étaient pas dues au vaccin. Lors des essais menés par Pfizer/BioNTech, le nombre de décès a d'ailleurs été supérieur au sein du groupe ayant reçu un placebo.

Le taux de létalité des vaccins est infime, voire aujourd'hui quasi nul. Le résultat des politiques de contrôle mises en place par les autorités sanitaires, mais aussi des progrès de la médecine. Par le passé, des scandales ont pu éclater, mais ils remontent pour la plupart à la première moitié du XXe siècle. L'un des plus graves est surnommé le "désastre de Lübeck", du nom de la ville éponyme. "En 1930, on apprit que des enfants vaccinés par le BCG étaient décédés en Allemagne, à Lübeck", relate l'Académie de médecine. "La presse rapportait que 71 enfants sur 250 vaccinés étaient décédés de tuberculose grave", un accident qui est aujourd'hui considéré comme la plus grave catastrophe vaccinale du siècle dernier.

Si les vaccins sont aujourd'hui très contrôlés et bénéficient d'un suivi considérable à travers le temps, la létalité associée est proche de ou égale à zéro. En revanche, il est exact qu'ils peuvent causer des effets secondaires divers, d'une gravité variable. Le vaccin contre le Covid-19 ne fait pas exception, mais il faut noter que tous les patients n'en développent pas et qu'ils se révèlent généralement bénins. En plus de disparaître au bout de quelques jours, notamment pour les douleurs à l'endroit précis de l'injection.

En résumé, il est donc trompeur d'indiquer que l'on risque davantage de mourir en se faisant vacciner qu'en contractant le Covid-19. Les recherches montrent au contraire que le danger est bien plus grand en attrapant le virus sans avoir été vacciné, en particulier si l'on est âgé.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 16.600 cas ces 24 dernières heures

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Variants du coronavirus : faut-il privilégier le masque FFP2 dans les lieux à risques ?

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Lire et commenter