Obésité, diabète : l'étiquetage nutritionnel n'a pas prouvé sa pertinence, selon l'Anses

Obésité, diabète : l'étiquetage nutritionnel n'a pas prouvé sa pertinence, selon l'Anses
Santé
DirectLCI
NOURRITURE - Un nouvel étiquetage nutritionnel devrait bientôt voir le jour sur l'avant des emballages pour aider le consommateur à choisir des aliments sains. La pertinence du dispositif pour la santé n'est cependant pas démontrée, selon les autorités sanitaires. Ce que l'UFC-QUe Choisir conteste.

Les autorités sanitaires lancent un pavé dans la marre. Le principe d'un étiquetage nutritionnel simplifié pour distinguer les aliments trop riches de ceux qui sont plus sains a été adopté il y a plus d'un an dans la loi de Santé avec l'objectif de mieux informer pour faire diminuer les maladies chroniques telles que l'obésité ou le diabète notamment.


L'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) a en effet affirmé ce lundi qu'"en l'état actuel des connaissances, la pertinence nutritionnelle dans une perspective de santé publique des systèmes d'information nutritionnels examinés n'est pas démontrée". En clair, rien ne prouve pour le moment que ce dispositif sera efficace.

Un intérêt qui n'est pas à prouver, selon l'UFC-Que Choisir

L'UFC-Que Choisir, qui milite en faveur d’un code couleur simplifié sur les emballages, a ausitôt réagi à l'avis de l'Anses, assurant dans un communiqué que "l'intérêt informatif de l'étiquetage nutritionnel n'est plus à prouver". L'association de consommateurs s'en réfère à des études (menées par l'INRA notamment) démontrant "la pertinence des dispositifs de couleur [...]  pour aider les consommateurs au quotidien à identifier simplement et rapidement l'intérêt nutritionnel des produits". 


L'association de consommateurs avait même mené une étude publiée en février 2015 démontrant, selon elle, "qu’en un clin d’œil, ces étiquetages permettent d’apprécier la qualité nutritionnelle d’un aliment, de le situer par rapport à ses concurrents ou encore de déjouer les techniques du marketing usant d’arguments faussement nutritionnels".

Quatre types d'étiquettes en test dans les supermarchés

Plus récemment, à l'automne dernier, le gouvernement a mis en place un test dans 40 supermarchés dont les résultats sont attendus mi-mars. L'idée étant de déterminer quel est le modèle d'étiquette le plus efficace parmi les quatre suivants. Un décret s'appuyant sur ce test et sur un futur nouvel avis de l'Anses définira le système d'étiquetage choisi. Cet étiquetage restera facultatif. 


Nutri-score : cinq couleurs du rouge (produit gras et sucré) au vert (produit sain)

Sens : quatre triangles de couleur, du vert (très souvent) au violet (occasionnellement)

Nutri-repère :  affichage du pourcentage et de la valeur absolue des apports pour une portion

 Nutri-couleurs : combinaison d'un code couleur et d'informations chiffrées

En vidéo

A quoi ressemblera la nouvelle étiquette qui désignera la malbouffe ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter