Obésité : la composition de la salive serait un facteur crucial

Obésité : la composition de la salive serait un facteur crucial

DirectLCI
POIDS - Selon une étude internationale, la composition génétique de la salive serait essentielle pour bien digérer les aliments. Ainsi, un niveau faible d'une enzyme appelée amylase favoriserait l'obésité.

Certes, une alimentation déséquilibrée et la sédentarité constituent les principales causes de l'obésité. Mais la génétique aussi joue un rôle, plus important qu'on ne le pense : environ 5 % des personnes très obèses sont porteurs d'une mutation d'un des gènes contrôlant l'appétit suffisante pour entraîner cette pathologie, précise le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Dans une récente étude, ce dernier met en lumière le rôle crucial de la salive pour expliquer ce phénomène.

Chaque humain possède une enzyme, l'amylase, présente dans les glandes salivaires. Produite par un gène spécifique, elle sert à digérer l'amidon, également appelée sucres lents. Chacun possède un nombre plus ou moins élevé de copies de ce gène, avec des variations allant d’une à vingt copies selon les personnes. Les chercheurs ont remarqué que les personnes en ayant le plus petit nombre, et ainsi peu d'enzyme amylase dans leur sang, ont un risque d'obésité multiplié par 10.

Moins d'amylase, moins de sensation de satiété

"Chaque copie en moins augmente de 20 % le risque d'obésité. A elle seule cette région du génome explique près de 10 % du risque génétique", expliquent les auteurs de l'étude. Deux hypothèses sont avancées pour expliquer ses conséquences. Chez ceux ayant moins d'amylase, la sensation de satiété produite par le cerveau pendant la mastication des aliments et leur digestion serait moins importante. D’autre part, la mauvaise digestion des amidons pourrait contribuer indirectement à l'obésité.

Or, les aliments qui possèdent de l'amidon sont nombreux et fréquents dans l'assiette : les céréales, le pain, les pâtes, le riz et les pommes de terre, les légumes secs en contiennent. Cette étude est la première à établir un lien entre la digestion et l'obésité. Pour les chercheurs, ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives de prévention mais surtout de traitement plus efficace de l'obésité en se concentrant sur la digestion des aliments. Actuellement, un milliard de personnes sont en surpoids dans le monde.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter