Olivier Véran : "Nous ne voulons pas reconfiner le pays"

Olivier Véran : "Nous ne voulons pas reconfiner le pays"
Santé

MESURES SANITAIRES - Invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, Olivier Véran a affirmé que l'objectif du gouvernement était d'éviter un reconfinement du pays. Le ministre de la Santé a cependant rappelé que des confinements locaux n'étaient pas exclus.

L'aggravation de la situation épidémique en France nous conduit-elle tout droit vers un nouveau confinement ? Pour l'heure, les autorités souhaitent exclure ce scénario extrême, adopté en Israël et mis en place localement au Pays de Galles ou encore en Espagne. 

"Nous ne voulons pas reconfiner le pays", a assuré Olivier Véran dimanche lors du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. "De nombreux pays autour de nous font d'autres choix, nous ne le voulons pas", a insisté le ministre de la Santé. "Nous ne voulons pas arrêter totalement le système culturel, sportif, familial français", a-t-il ajouté, expliquant que les autorités sanitaires avaient privilégié, pour éviter cela, la "territorialisation" des décisions. 

Un scénario qui n'est pas écarté

Pour autant, si cette mesure extrême n'est pas dans les radars actuels du gouvernement, elle figure bien parmi les scénarios possibles de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Olivier Véran a rappelé les nouveaux critères présentés mercredi dernier lors d'une conférence de presse hebdomadaire, notant que le dernier stade d'alerte face au virus, à savoir le rétablissement de l'état d'urgence sanitaire, pourrait aller "jusqu'à un reconfinement" dans certaines zones. 

"Nous demandons aux Français d'agir pour l'empêcher", a fait valoir le ministre de la Santé à ce sujet. 

Lire aussi

De la même manière, Olivier Véran a écarté la proposition de deux Nobel d'économie visant à reconfiner préventivement le pays dans les trois semaines précédant les fêtes de fin d'année, afin de pouvoir permettre aux familles de se retrouver sans prendre le risque d'une explosion des contaminations. "Anticiper un confinement de trois semaines relève de la prédiction", a-t-il réagi. "Je ne me projette pas à deux mois pour faire des plans sur la comète."

Toute l'info sur

Le Grand Jury

Interrogé sur les vacances, beaucoup plus proches, de la Toussaint, le ministre n'a pas écarté en revanche la possibilité de mesures restrictives pour les Français, comme une limitation des déplacements. "Ce qui arrivera fin octobre dépend de ce que l'on va faire dans les prochaines semaines", a-t-il prévenu. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent