"On vit des choses très fortes" : dans les hôpitaux, des clowns pour animer le quotidien des enfants

"On vit des choses très fortes" : dans les hôpitaux, des clowns pour animer le quotidien des enfants

REPORTAGE - Les clowns de l'association "Le Rire médecin" sont devenus essentiels dans les services pédiatriques. Depuis 30 ans, ils animent le quotidien des enfants hospitalisés.

Un rayon de soleil dans le quotidien de certains enfants. Des clowns professionnels de l'association "Le Rire médecin" se déplacent plusieurs fois par semaine auprès des enfants de nombreux hôpitaux français. Depuis près de 30 ans, ces comédiens professionnels facilitent les soins en changeant les idées des jeunes patients. 

Quand ils débarquent, ces drôles d'invités ne passent pas inaperçus, comme dans le service de pédiatrie de l'hôpital Armand-Trousseau (Paris), où sont soignés des enfants atteints de cancer. Pour Julyan, six ans, c'est la troisième année d'hospitalisation. "C’est très rigolo. À chaque fois, dans l’hôpital, il y a de nouveaux clowns", se réjouit-il, les yeux brillants. "C'est quand même une sacrée animation, car les journées sont super longues. Il sait très bien les jours où ils viennent et c'est quelque chose qu'il attend chaque semaine", confie à TF1 sa mère, Laura Bonaldi.

Toute l'info sur

Le WE

Des moments qui remplacent les médicaments anti-douleur

Si les spectacles sont improvisés, ils demandent une certaine préparation. Avant chaque représentation, les clowns et le personnel soignant travaillent ensemble. "Ces transmissions sont importantes pour qu'on puisse vraiment proposer des choses adaptées par rapport au contexte", explique le docteur Marion Blachez, pédiatre. "Si le clown est là et qu'il arrive à les distraire, à les faire rire, les enfants ne font plus attention à ce qu'on a à leur faire, ils oublient et on peut faire des gestes douloureux, et se passer des médicaments anti-douleur", assure de son côté le professeur Pascal Chastagner, chef du service de cancérologie pédiatrique du CRHU de Nancy. 

Pour les parents aussi, ces moments d'intermède constituent une véritable bouffée d'oxygène. "Ça change pour l’enfant, mais aussi forcément pour les parents. Si l’on peut garder une âme d’enfant le plus longtemps possible, c’est sympa les clowns", affirme ainsi Daniel Benoist. 

Être témoin chaque jour de la souffrance des enfants n'a rien d'évident. Mais Bruno Gare, comédien professionnel au sein de l'association "Le Rire médecin", voit son nez rouge comme un bouclier. "On est abrités grâce à lui, c’est un peu comme la cape d’un superhéros. On vit des choses très fortes, très belles", assure-t-il. 

Une centaine de clowns rémunérés par l’association rendent visite à 83.000 enfants chaque année. Ces activités ont toutefois été suspendues pendant plusieurs mois, crise du Covid-19 oblige. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Tir mortel d’Alec Baldwin : Donald Trump Jr. vend des t-shirts se moquant de l’acteur

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.