Orthorexie : quand vouloir manger sainement devient une maladie

Santé
NUTRITION – Anorexie, boulimie, ces troubles alimentaires sont bien connus désormais. Mais l'orthorexie reste encore mal diagnostiquée. Cette pathologie concerne les personnes qui transforment le souci de bien manger en véritable obsession. Ou quand le mieux est l'ennemi du bien.

Manger 5 fruits et légumes par jour ! Attention à l'excès de viande rouge ! Méfiez-vous de l'huile de palme ! A force d'entendre et de lire tant de choses sur la façon dont on doit se nourrir il arrive que les messages se brouillent et soient mal perçus. Mais dans le pire des cas cela peut virer à l'obsession : vouloir se nourrir sainement au point que cela vous gâche la vie cela a un nom : l'orthorexie (du grec orthos, "correct", et orexis, "appétit").

Aujourd'hui de plus en plus de personnes veulent reprendre le contrôle de leur alimentation et cela est une bonne chose. Mais là où le bât blesse, c'est quand ces choix alimentaires se transforment en carcan duquel le patient ne peut s'extraire.

EN SAVOIR + >> Attention aux idées reçues, certains légumes seraient mauvais pour la ligne

Plus de prise sur la relation entretenue avec la nourriture

En effet, la personne orthorexique va transformer la volonté de se nourrir sainement en véritable obsession. Et développer des symptômes psychiques inquiétants. En clair, comme dans les cas d'anorexie ou de boulimie, la nourriture va prendre le contrôle de sa vie. Ici, il ne sera pas question de calories mais plus de qualité nutritionnelle de l'aliment consommé. Comme dans les troubles alimentaires "classiques", le patient n'est plus maître de sa relation avec la nourriture qu'il consomme. De plus, la peur générée par l'idée de consommer des aliments que le sujet considère comme mauvais pour la santé rend le quotidien très difficile, voir anxiogène.

Le terme médical d'orthorexie a été utilisé par la première fois en 1997 par un chercheur américain nommé Steven Bratman , qui a même mis au point un test pour pouvoir identifier un patient à risque. Si pour l'heure le terme d'orthorexie n'a pas été reconnu cliniquement et que cette pathologie est encore souvent assimilée à de l'anorexie, de plus en plus de médecins militent pour que ce diagnostic puisse être effectué formellement. Dans un monde où les messages diététiques se multiplient, il serait bon de prendre 5 minutes pour comprendre où on en est, non ? Alors faites le test ci-dessous !

EN SAVOIR + >> Pas besoin de manger plus de 5 fruits et légumes par jour

Êtes-vous orthorexique ? Le test de Bratman
A l'appui de ses recherches, Steven Bratman a élaboré un test très simple à réaliser qui permet de faire le point sur les rapports que l'on entretient avec son alimentation.
Répondez "oui" ou "non" aux q
uestions suivantes :

- Passez-vous plus de 3 heures par jour à penser à votre alimentation ?
- Planifiez-vous vos repas plusieurs jours à l’avance ?
- Considérez-vous la valeur nutritionnelle de votre repas comme plus importante que le plaisir de le déguster ?
- La qualité de votre vie s’est-elle dégradée depuis que la qualité de votre nourriture s’est améliorée ?
- Êtes-vous récemment devenu plus exigeant avec vous-même ?
- Votre amour-propre est-il renforcé par le fait de manger des aliments que vous croyez sains ?
- Avez-vous totalement renoncé à des aliments que vous aimiez au profit d’aliments "sains" ?
- Votre alimentation gêne-t-elle vos sorties en vous éloignant de vos proches ?
- Éprouvez-vous un sentiment de culpabilité dès que vous faites une entorse à votre régime ?
- Avez-vous un sentiment de contrôle qui vous procure de la satisfaction lorsque vous mangez sain ?

Si vous avez répondu "oui" à 4 ou 5 des 10 questions ci-dessus, vous devriez lâcher la bride au niveau de votre alimentation. Continuez à manger sainement mais sachez vous détendre de temps à autre.

Si vous avez répondu "oui" à plus de 5 questions, vous êtes peut-être orthorexique. Vous devriez consulter pour prendre un avis médical.


À LIRE AUSSI
>> Des électrodes dans le cerveau pour soigner l'anorexie
>> Suède des mannequins recrutés dans une clinique qui soigne l'anorexie
>> L'étude santé du jour : la génétique à l'origine des fringales nocturnes

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter