Royaume-Uni, Allemagne, Belgique... Chez nos voisins, les contaminations au Covid-19 repartent à la hausse

Covid-19 : reprise de l'épidémie au Royaume-Uni

REPRISE - En Europe, les cas quotidiens de contaminations au Covid-19 repartent à la hausse. Si certains pays réinstaurent des restrictions pour tenter d'endiguer la reprise épidémique, d'autres refusent de rétropédaler.

Les frémissements d'une cinquième vague de Covid-19 en Europe ? Si en France "on assiste à une tendance à la hausse" mais qu'il s'agit d'une "petite poussée, pas une vague épidémique", d'après le ministre de la Santé Olivier Véran , la situation sanitaire s'est dégradée chez nos voisins européens. 

Cette semaine, sur le Vieux Continent, une hausse de 16% des cas répertoriés a été enregistrée, ainsi qu'une augmentation de 10% de décès liés à une infection au Covid-19. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

50.000 cas quotidiens au Royaume-Uni

Depuis le 13 octobre dernier, le nombre de nouveaux cas de contaminations au Royaume-Uni dépasse le seuil des 40.000 par 

jour, avec un pic ce jeudi à 51.719. C'est la première fois depuis trois mois que le pays dépasse la barre des 50.000 nouveaux cas quotidiens. À titre de comparaison, le mois d'avant, 30.000 cas en moyenne étaient recensés chaque jour.

L’Agence de sécurité sanitaire britannique a par ailleurs confirmé vendredi avoir placé sous surveillance le variant "AY4.2", sous-variant du variant Delta du Covid-19 qui se propage dans le pays. Cette nouvelle souche représentait la semaine dernière 6% des cas au total au Royaume-Uni, a précisé dans son bulletin hebdomadaire la UK Health Security Agency, qui l'a classé comme "variant en cours d'investigation". "Des éléments préliminaires semblent prouver qu'il présente un taux de transmission plus élevé par rapport au Delta", a expliqué l'agence de santé publique britannique.

En vidéo

Covid-19 : reprise de l'épidémie au Royaume-Uni

Avec près de 140.000 morts du Covid-19, le pays est le plus touché par la pandémie en Europe. Si, grâce à la vaccination, le nombre d'hospitalisations et de décès reste moins élevé que lors des précédentes vagues, il augmente, et de plus en plus de scientifiques à réclamer le retour de certaines restrictions comme le port du masque en intérieur. Ce mercredi, sur Sky News, le patron de la NHS Confederation, Matthew Taylor, en a appelé au gouvernement, estimant que le pays est "déjà dans une situation où les choses vont probablement se détériorer dans deux ou trois semaines". "Nous devons agir immédiatement", a-t-il exhorté.

Malgré les nombreuses mises en garde du monde scientifique, le Premier ministre Boris Johnson a écarté l'idée d'un nouveau confinement, affirmant que l'hypothèse n'était pas sur la table. Selon lui, les taux de contamination actuels sont en ligne avec les projections gouvernementales.

65% de hausse des contaminations en Belgique

En Belgique, la tendance est également à la reprise épidémique. Au 22 octobre, le pays a enregistré 6.682 nouveaux cas, contre 2.254 le mois d'avant. Dans le détail, entre le 13 et le 19 octobre, on constate une hausse de 65% des cas détectés, par rapport à la semaine précédente.

Comme au Royaume-Uni, le gouvernement n'envisage pas un nouveau confinement mais n'exclut pas l'extension de l'utilisation du pass sanitaire. Frank Vandenbroucke, ministre de la Santé, a expliqué ce dimanche que la question serait examinée ce lundi, lors du Conseil des ministres. "Il n'y a absolument aucun nouveau verrouillage à venir. Sans les vaccins, nous aurions été dans une catastrophe totale aujourd'hui, mais heureusement, de nombreuses personnes ont déjà été vaccinées", a-t-il ajouté sur le plateau de VTM Nieuws.

100 cas pour 100.000 habitants en Allemagne

En Allemagne, le taux d'incidence a atteint samedi les 100 cas pour 100.000 habitants, pour la première fois depuis mai. Il y a huit jours, il s'établissait encore à 68,7. L'institut de veille sanitaire Robert Koch a par ailleurs dénombré 15.145 nouvelles infections en une journée, en hausse de 31% sur huit jours. 

Le nombre de décès en Allemagne liés à une infection du Covid-19 a augmenté de 86 cas samedi pour atteindre 95.077 depuis le début de la pandémie.

Le gouvernement allemand s'est dit vigilant vendredi face à la récente remontée du nombre de nouveaux cas de Covid-19 dans le pays, dans toutes les tranches d'âge, prévenant que la situation risquait de s'aggraver à l'approche de l'hiver. Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a notamment laissé entendre que certaines restrictions, comme le porte du masque, resteraient en vigueur jusqu'au printemps.

41% de nouveaux cas en plus aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, le nombre de nouveaux cas de contamination par le coronavirus a augmenté de 41% en une semaine, entre le 17 et le 24 octobre (3.700 contre 6.311 cas). Certains hôpitaux ont notamment été forcés à déprogrammer des interventions pour rouvrir des services de soins consacrés aux patients Covid-19.

"La plupart des personnes hospitalisées à cause du Covid-19 ne sont pas vaccinées", a expliqué ce mardi l'Institut de santé publique des Pays-Bas. "Dans les services de soins intensifs, c'est le cas de quatre patients sur cinq", a-t-il ajouté.

En Europe de l'Est, une situation préoccupante

Les pays d'Europe de l'Est sont également touchés par le phénomène. La Russie a enregistré ce samedi un nouveau record de décès et de contaminations liés au Covid-19, pour le troisième jour consécutif. D'après le bilan du gouvernement, 1075 personnes sont mortes et 37.678 (+17%) ont été infectées lors des dernières 24 heures.

Depuis juin, le pays est confronté à une nouvelle vague de l'épidémie causée par l'apparition de variants plus agressifs, le faible respect du port du masque et les grandes difficultés de sa campagne de vaccination. Le bilan atteint désormais 229.528 morts, faisant de la Russie le pays le plus endeuillé d'Europe. Mais ces données sont largement sous-estimées : l'agence des statistiques Rosstat ayant décompté plus de 400.000 morts à la fin août.

Face à la vague meurtrière en cours, ces dernières ont tardé à réagir et à imposer des mesures restrictives, par crainte de fragiliser une économie déjà chancelante. Cette semaine, le président Vladimir Poutine a finalement ordonné une semaine chômée du 30 octobre au 7 novembre pour tenter de casser les chaînes de contamination.

En vidéo

Covid-19 : record de décès en Russie

En Ukraine,  23.785 nouvelles infections ont été recensées vendredi et 614 personnes sont mortes dans cette ex-république soviétique, un record pour la deuxième journée consécutive. En réaction, de nouvelles restrictions ont été réintroduites, notamment dans la capitale. Les élèves de Kiev seront ainsi dispensés d'école lors des deux prochaines semaines - la première coïncidant avec les vacances d'automne. Les jardins d'enfants resteront, eux, ouverts si tous leurs employés sont vaccinés.

La capitale pourrait également annoncer la fermeture de commerces, théâtres et autres lieux publics à moins que leurs employés ne soient vaccinés.

Lire aussi

La Bulgarie, qui voit son système de santé submergé, a annoncé samedi être sur le point d'envoyer des malades du Covid-19 à l'étranger. Malgré la mise en place d'un pass sanitaire dans des lieux comme les restaurants et les centres commerciaux, des experts signalent que la vague actuelle pourrait entraîner jusqu'à 5.000 à 9.000 contaminations par jour d'ici deux semaines, dans ce pays de 6,9 millions d'habitants. 

Comme son voisin, la Roumanie, pays de 19 millions d'habitants, a enregistré 1,5 million de cas, avec 15.000 nouvelles contaminations recensées samedi. Pour tenter d'enrayer la nouvelle vague, le gouvernement a renforcé les mesures pour lutter contre l'épidémie, en rendant le masque obligatoire sur tout le territoire à partir de lundi et en interdisant les événements comme les mariages pour 30 jours. En parallèle, les salles de sport, les centres commerciaux et les restaurants devront exiger le pass sanitaire et les personnes non-vaccinées devront respecter un couvre-feu à 22 heures.

Contrairement au reste du continent, dans les pays du Sud, comme l'Espagne, l'Italie et le Portugal, les indicateurs restent au vert. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Emmanuel Macron a reçu sa dose de rappel vaccinal ce week-end

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.