"Papy et mamie dans la cuisine" à Noël : torrent d'indignation après le conseil du Pr Salomon

"Papy et mamie dans la cuisine" à Noël : torrent d'indignation après le conseil du Pr Salomon

REACTION - Il s'en est expliqué sur LCI et même excusé. Et pourtant. Le président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP a déclenché un torrent de réactions indignées qui se poursuit ce mercredi. Signe, s'il fallait s'en convaincre, que la question de Noël en famille est ultra-sensible.

C'est à se demander ce qui a le plus fait réagir : la recommandation initiale, ou les excuses de l'intéressé qui ont suivi sur les réseaux sociaux. De fait, les réactions d'internautes s’enchaînent ce mercredi après le mea culpa du président de la commission médicale d'établissement de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, Rémi Salomon à l'attention de "nos ainés". Ce qui l'a motivé ? Une préconisation adressée aux Français mardi matin sur France Info à un mois des fêtes de Noël, déconseillant de partager un repas en présence des plus fragiles. "On coupe la bûche en deux, papy et mamie mangent dans la cuisine et nous dans la salle à manger", avait-il encouragé, précisant qu'"on ne mange pas avec eux, même à Noël, et même si on a pris toutes les précautions avant".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Une formule sur laquelle  Rémi Salomon a eu l'occasion de revenir quelques heures plus tard sur LCI. "Cette phrase a dû choquer et je peux le comprendre", a-t-il concédé. "Ce que j'ai voulu dire c'est que le virus circule encore beaucoup, il y avait 22.000 nouveaux cas hier [Ndlr : mardi] et donc dans un mois (...) vraisemblablement il y a encore une circulation du virus non négligeable". Or, "le moment du repas est le plus risqué", a-t-il rappelé. Et de résumer son propos : "Papy et mamie sont fragiles, ils sont âgés, ils ont plus de risque d'être plus sévèrement atteints, d'aller en réanimation et donc de ne pas en ressortir, donc si on va leur rendre visite, ce qui est naturel, c'est l'esprit même des fêtes de fin d'année (...) je pense qu'il faut partager des bons moments mais éviter au maximum de partager le repas".

Lire aussi

"Toutes mes excuses à nos aînés", écrit-il ce mercredi sur son compte Twitter. Et de clarifier à nouveau : "Repas de Noël en famille mais protégeons les grands-parents : le masque en dehors du repas, aérez au moins une fois par heure". 

"En vous souhaitant que papy et mamie vous foutent à la cave le 25 ! "

Un mea culpa qui n'a pas enrayé les vives réactions, ulcérées pour certaines. "En vous souhaitant que papy et mamie vous foutent à la cave le 25 et qu'il vous balancent généreusement un bout de dinde ou de buche", s'offusque notamment un internaute. "Les pauvres grands-parents relégués à la cuisine comme des parias", abonde un autre . D'aucuns livrent leur analyse : "La mainmise de la science sur la politique a éloigné celle-ci des réalités humaines." Et la comédienne Eva Darlan de s'emporter à son tour sur Sud Radio: "Franchement, par qui sommes-nous gouvernés ? Une classe de CM2 ferait mieux".

"Je suis à risque et nous resterons entre nous, pas de gros repas sans masque."

"C'était une image non ? On a compris le message en tout cas", commente un internaute tandis que d'autres, bien que directement concernés, ne jugeaient pas ces excuses du président de la commission médicale d'établissement de l'AP-HP nécessaires. "Pas de problème (...) moi qui suis une Mamidou, j’avais compris le sens de votre formule, pleine de bon sens", peut-on notamment lire, parmi d'autres messages en ce sens : "Pas besoin de s'excuser, il n'y a pas mort d'homme la formulation est maladroite mais ça part d'un bon sentiment" Ou encore : "Vous n'avez pas d'excuses à formuler. Ca parait pourtant évident... Je suis à risque et nous resterons entre nous, pas de gros repas sans masque, impossible."

Comme souvent, face à pareille polémique, certains optent pour l'humour. En comparant cette recommandation à celles de nos voisins. "Il y en a une en Belgique qui propose de faire Noël dehors avec Papy et Mamy ... Pour les achever. La Belgique c'est la France en pire", ironise-t-on en référence à la déclaration de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden qui juge "envisageable" de Fêter Noël "dehors autour d’un feu".

"Arrêtons de stigmatiser les grands-parents"

"A chacun ses responsabilités, arrêtons de stigmatiser les grands-parents, d'entraver à leur libre arbitre, ils sont les premiers à être responsables de leurs gestes et de leurs actes", s'agaçait déjà il y a quelques jours Armelle Le Bigot Macaux, présidente de l'association l'École des Grands-Parents Européens, à l'évocation des fêtes de fin d'année. "On parle des plus fragiles qu'il faut éviter coûte que coûte d'exposer au virus comme si c'était homogène, mais on oublie de dire qu'on meurt aussi de solitude et de stress, qu'on souffre énormément de cet empêchement et de cette distanciation que le Covid a mis entre les familles", poursuit-elle.  "Si se retrouver pour Noël n'est pas interdit (...) c'est bien à chaque famille de décider ce qu'il en sera", tranche-t-elle. Et d'évoquer "tous les cas de figure qui s'expriment dont ceux qui ont intégré cette peur du virus et qui, d'eux mêmes, refusent de prendre part à un repas de famille" dans ce contexte incertain.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la pression monte en réanimation, nouveau Conseil de défense sanitaire ce mercredi

EN DIRECT - Trump gracie 73 personnes dont son ancien conseiller Steve Bannon avant de quitter la Maison-Blanche

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

La vitamine D protège-t-elle du Covid-19 ?

Lire et commenter