Paralysé qui remarche : opération-miracle, vraiment ?

Paralysé qui remarche : opération-miracle, vraiment ?
Santé

PROUESSE – Un homme paralysé a retrouvé l'usage de ses jambes après une transplantation de cellules du nez sur la colonne vertébrale. Une opération inédite. Mais peut-être pas le "miracle" décrit. Explications.

Lève-toi et marche... grâce à une greffe de cellules olfactives sur la colonne vertébrale. C'est le prodige réussi en 2012 par des chirurgiens et décrit dans un article paru mardi 21 octobre 2014 dans la revue médicale Cell Transplantation . L'opération a consisté à utiliser des cellules nerveuses du nez, qui, grâce à leurs propriétés auto-génératrices, auraient permis à la moelle épinière de se redévelopper. Résultat : Darek Fidyka, paralysé depuis 2010, a pu utiliser de nouveau ses jambes. Ses progrès ont été suivis en exclusivité par la BBC .

EN SAVOIR + >> Paralysé, il retrouve l'usage de ses jambes après une opération inédite

Le chirurgien orthopédique et président de l'Institut de la colonne vertébrale à Bordeaux Ibrahim Obeid rappelle à metronews qu'il faut être extrêmement prudent devant ce résultat prometteur. Certes, les IRM attestent que le trou de huit millimètres dans la moelle épinière du patient qui était dû à une blessure au couteau n'existe plus et que les signaux du cerveau jusqu'aux muscles passent par l'endroit où il a été opéré. "Mais il est très fréquent que des paralysies incomplètes s'améliorent spontanément", précise le docteur Obeid.

Des traitements pour remarcher après une paralysie existent déjà

À la différence d'une paralysie complète sensitivo-motrice, ce qui signifie que "le patient ne sent rien ni ne bouge rien à partir de la zone traumatisée", les paralysés incomplets, qui bougent par exemple un seul orteil ou gui gardent une certaine sensibilité au niveau des jambes, peuvent d'ores et déjà retrouver l'usage de leurs jambes sans transplantation de cellules. Il existe plusieurs types de traitements.

Dans les cas de traumatismes médullaires , c'est-à-dire quand la moelle épinière est touchée, des interventions chirurgicales visent à décomprimer la moelle épinière et stabiliser les vertèbres. Pour ce faire, les chirurgiens retirent un élément osseux, cartilagineux ou un hématome qui la touche, et stabilisent la colonne vertébrale grâce à des implants, notamment en cas de fracture qui rend la moelle non fonctionnelle. Ces opérations ne traitent donc pas la moelle épinière mais son environnement.

Un patient qui n'était peut-être pas paralysé complet

D'autres traitements consistent en des exercices de rééducation qui sollicitent muscles et tendons pour éviter que ceux-ci s'atrophient en attendant la repousse des nerfs. En effet, "quand le nerf est lésé, la repousse est spontanée, mais très lente : un millimètre par jour". Les patients s'essayent donc à la marche en s'appuyant sur des barres parallèles ou dans l'eau. Des stimulations électriques extérieures sont aussi pratiquées dans le même but.

Darek Fidyka était paralysé jusqu'à la poitrine. Ce "miraculé" a suivi pendant deux ans une physiothérapie intensive avec pour objectif d'améliorer son état. Cela laisserait penser qu'il n'était pas complètement paralysé. "Cet article est imprécis, avec des conclusions hâtives. La technique, qui a été analysée dans d'autres études plus sérieuses , mérite une analyse plus poussée avec des patients bien choisis." Reste donc à attendre des études complémentaires.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent