Pas assez de protéines, trop d'eau ou de sel... Les steaks végétaux ne sont pas toujours bons pour la santé

Santé

NUTRITION – Plébiscités par les consommateurs, les steaks végétaux ne seraient pas tous aussi sains qu’ils le prétendent. Le magazine 60 millions de consommateurs a passé ces alternatives à la viande au crible.

Dans les rayons des supermarchés, les steaks végétaux fleurissent. Ces aliments sans viande ont rapidement trouvé leurs adeptes, et certains les ont adoptés afin de rayer définitivement la viande de leur alimentation. Mais ce choix est-il toujours  bon pour la santé ? 

Face à cette nouvelle tendance, 60 millions de consommateurs s’est intéressé à ces produits à base de soja, de tofou ou de céréales. Le magazine a testé dix références avec une diététicienne, Vanessa Guyot. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le numéro de janvier 2017.

Des protéines insuffisantes

 Résultat, ces steaks végétaux ne seraient pas tous satisfaisants pour l’équilibre alimentaire. "La moitié de nos produits ne contient pas assez de protéines, soit un minimum de 15 % par portion, à l’instar de la viande", rapporte le magazine. Car si les steaks végétaux ont bien l’aspect de la viande, ils n’en ont pas forcément les atouts. "Si la recette n’inclut pas de soja ni de seitan, il est difficile d’atteindre un apport en protéines suffisant pour répondre aux besoins quotidiens", explique la diététicienne. 

Parmi le panel, les marques Bjorg, Céréalpes, Herta, Monoprix et Picard n’apporteraient ainsi pas suffisamment de protéines et ne constituraient donc pas un substitut carné intéressant. A l’inverse, d’autres marques contiennent plus de protéines. Parmi elles : Carrefour, Lima, Soy et Sojasun. 

Ni fer, ni zinc

Mais le manque de protéines n’est pas le seul problème soulevé par ces aliments. Selon l'étude, de nombreuses marques contiennent trop peu de fibres et quasiment aucun minéral comme le fer et le zinc. Pour parvenir à un niveau intéressant de protéines, 60 millions de consommateurs conseille de combiner des sources de protéines différentes pendant un même repas. "La plupart des galettes de l’essai ne renferment pas la moindre miette de légumineuse", regrette le magazine.

De plus, la majorité des galettes ne contiennent pas "les neuf acides aminés essentiels à l’organisme pour fabriquer du muscle, des enzymes, des anticorps et des hormones", décrit Stéphane Walrand, directeur de recherches du laboratoire de nutrition humaine à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Clermont-Ferrand, cité par le journal.

Des produits transformés

Comme le rappelle 60 millions de consommateurs, les steaks végétaux restent des aliments transformés. Pour la plupart, le premier aliment qui les compose est ... l’eau. Pour se rapprocher au plus près d’un steak de viande, les marques utilisent également de nombreux ingrédients pas toujours très naturels. Additifs, gélifiants, colorants, épaississants, exhausteurs de goûts figurent souvent sur la longue liste des composants.

Parmi les mauvais points relévés par l'étude, de nombreux steaks végétaux sont aussi trop salés et trop riches en glucides. Dans tous les cas, une lecture minutieuse des étiquettes permettra d’en savoir plus sur l’aliment que vous vous apprêtez à acheter.

En vidéo

Bien lire les étiquettes pour mieux manger

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter