Père célibataire, vous avez trois fois plus de risque de mourir plus tôt que les autres

Santé
STATISTIQUES - Les pères célibataires ont un taux de mortalité de 5,8‰ contre 1,9‰ pour ceux en couple, selon une étude publiée dans "The Lancet". Stress, alimentation peu équilibrée ou encore manque d'exercice... pourraient notamment en être à l'origine.

Seuls ou en couple, les pères ne sont pas égaux face au risque de mourir prématurément. C'est en tout cas ce qui ressort d'une étude canadienne publiée mercredi 14 février 2018 dans la prestigieuse revue scientifique et médicale britannique The Lancet. "Notre étude souligne que les pères célibataires ont une mortalité plus élevée et démontre la nécessité de politiques de santé publique pour contribuer à identifier et soutenir ces hommes", affirme l'auteure principale de cette étude, Maria Chiu, chercheuse en santé publique à l'université de Toronto. 

Selon les données, issues de questionnaires de santé posés à 40.500 personnes entre 2000 et 2012, le taux de mortalité atteignait 5,8‰, chez les 871 pères sans compagne déclarée. Chez les mères célibataires, il n'était que de 1,7‰ et chez les pères en couple de 1,9‰. 

La faute au stress et au mode de vie moins sain

Mais ces différences s'expliquent en partie par certains facteurs spécifiques à ces pères célibataires, qui sont en moyenne plus âgés et plus souvent atteints par le cancer ou les maladies cardiovasculaires. Mais, même en en dehors de ces facteurs, le risque de mortalité reste deux fois plus élevé.


Quels pourraient être les autres facteurs ? Les chercheurs soupçonnent le stress et des modes de vie moins sains tels qu'une alimentation peu équilibrée, un manque d'exercice physique, et une plus forte consommation d'alcool. En outre, ces hommes ont, semble-t-il, moins souvent un réseau social, une assistance sociale ou un soutien dans l'éducation de leurs enfants que les mères célibataires. 

En vidéo

Mère célibataire, femme courage

Autre différence, les mères seules ont plus souvent été abandonnées par leur partenaire avant la naissance d'un enfant, tandis que les pères seuls sont plus fréquemment veufs, divorcés ou séparés après une relation durable.


Selon les derniers chiffres publiés par l'Insee, les mères célibataires sont sept fois plus nombreuses que les pères célibataires.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter