Personnes âgées prioritaires, campagne grand public au printemps... Découvrez le calendrier de la vaccination

Personnes âgées prioritaires, campagne grand public au printemps... Découvrez le calendrier de la vaccination

AGENDA - Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran ont détaillé jeudi 3 décembre le calendrier de la campagne de vaccination française, qui devrait démarrer en janvier.

Il y avait les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), il y a désormais le calendrier du gouvernement. À quelques semaines des premières injections aux Français, qui ne seront pas obligatoires mais "gratuites pour tous", le Premier ministre, accompagné de son ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté la stratégie vaccinale nationale pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Celle-ci se déclinera en trois phases.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Phase 1 : les personnes âgées en Ehpad

Sans surprise, et conformément à ce que préconisait la HAS, les personnes âgées situées en Ehpad seront prioritaires. "Les personnels" de ces établissements, "lorsqu’ils sont à risque de développer une forme grave", seront également ciblés, indique Jean Castex. Au total, "cela représente environ un million de personnes, ce qui correspond aux quantités de vaccins qui nous seront livrées au cours du premier mois", poursuit-il. À ce stade, toutes les personnes âgées ne seront pas concernées car "la vie en collectivité expose au risque de virus", justifie Olivier Véran.

Cette première phase débutera "début janvier 2021", une fois que les agences sanitaires indépendantes, notamment l’Agence européenne du médicament, aura donné son feu vert, "au plus tard" le 29 décembre pour le vaccin Pfiozer/BioNTech. Les personnes prioritaires "se verront proposer une consultation médicale en amont de la vaccination", précise le ministre de la Santé. Celle-ci permettra "de vérifier l’état de santé, d’éventuelles contre-indications, d’informer la personne sur les bénéfices-risques du vaccin et recueillir son consentement". Pour les résidents des Ehpad, "les familles seront évidemment associées à cette procédure médicale", poursuit-il.

Phase 2 : les plus de 65 ans et les personnes à risque

Par la suite s’ouvrira une deuxième phase de vaccination. "La cible sera élargie progressivement, d’abord aux personnes âgées de plus de 75 ans, puis de plus de 65 ans, puis aux professionnels du secteur de la santé et médico-social de plus de 50 ans et présentant des comorbidités", détaille Olivier Véran. "Selon le calendrier effectif des autorisations de mise sur le marché et de livraison des vaccins", cette deuxième phase s’ouvrira entre février et mars 2021. 14 millions de personnes seront concernées.

Phase 3 : l’heure de la campagne grand public

Après deux phases, qui concerneront donc potentiellement 15 millions de Français, viendra "le temps de la vaccination de masse". Ce sera l’heure de "la campagne grand public", promise par Emmanuel Macron pour débuter "entre avril et juin" 2021. Mais tout le reste de la population ne sera pas vaccinée au même moment. "Seront d’abord concernées les personnes de 50 à 64 ans, les professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique, le personnel de sécurité, d’éducation, qui travaille dans l’alimentation, les personnes vulnérables et précaires et les professionnels qui les prennent en charge", puis "les personnes qui vivent dans des hébergements confinés ou des lieux clos", indique Olivier Véran.

Lire aussi

Enfin, "le reste de la population, majeure", pourra avoir accès au vaccin. Les moins de 18 ans ne sont en effet pas concernés puisqu’"à ce stade, les recommandations s’arrêtent aux personnes majeures", précise le ministre de la Santé. "Peut-être qu’elles évolueront", mais "pour les prochains mois, nous sommes loin d’un public mineur."

Toutefois, à quelques semaines des premières vaccinations, Olivier Véran n’a pas manqué de rappeler que le vaccin n’est pas synonyme de retour à la vie normale. "C’est un formidable espoir, une prouesse de la science, mais il ne changera pas fondamentalement le cours de l’épidémie", prévient-il. Au cours des prochains mois, "il nous faudra maintenir les gestes barrières, continuer de se faire tester et procéder au traçage des contacts".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

EN DIRECT - Covid-19 : le Portugal va fermer ses écoles pour quinze jours

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

EN DIRECT - "Pas une seconde à perdre" : Biden signe aujourd'hui de nouveaux décrets contre le Covid

EN IMAGES - Investiture de Joe Biden : 13 photos pour l'Histoire

Lire et commenter