Pfizer a-t-il modifié son vaccin pour pouvoir le conserver dans un simple frigo ?

Aucune modification n'a été apportée au vaccin.

CONSERVATION - Alors qu'il était au départ recommandé de le conserver entre -60 et -90 degrés, le vaccin Pfizer est désormais stockable dans un simple frigo. Aucune modification n'a toutefois été apportée, explique le laboratoire.

C'est une annonce qui change la donne. L'Agence européenne du médicament (EMA) a indiqué ces derniers jours que le vaccin développé par Pfizer pourra désormais se conserver plus longtemps dans un réfrigérateur. "Cette modification prolonge la période de stockage autorisée d'un flacon décongelé non ouvert à une température de 2 à 8 °C de cinq jours à un mois (31 jours)", a-t-on appris.

Dans un premier temps, le laboratoire préconisait l'usage de super congélateurs, capables d'assurer le maintien de températures particulièrement basses, entre -60 et -90 degrés. Une exigence abaissée une première fois en mars (à des températures comprises entre -25 et -15 degrés), et que se voit donc à nouveau réduite. Si la logistique sera considérablement facilitée, cette décision peut surprendre. N'y a-t-il pas un risque à voir évoluer la "notice" du vaccin de manière aussi considérable ? A-t-il fallu le modifier pour rendre possible une telle conservation ? LCI a tenté d'en savoir plus sur ce changement majeur.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Un vaccin strictement identique

En lisant le communiqué de l'EMA du 17 mai, on remarque que l'agence ne s'étend pas sur les raisons qui ont conduit à rendre plus flexibles les conditions de stockage. Il est seulement mentionné "l'évaluation des données supplémentaires de l'étude de stabilité" soumises à l'agence. Cette dernière ajoute rester "en dialogue permanent avec les titulaires d'autorisations de mise sur le marché des vaccins", qui "cherchent à apporter des améliorations de fabrication pour améliorer la distribution [...] dans l'UE"

Afin d'en savoir plus, c'est vers Pfizer qu'il faut se tourner. D'emblée, le laboratoire certifie qu'il n'a "rien modifié dans la composition du vaccin", et qu'il est important de souligner au grand public que "le recueil  des données de stabilité", relatives à la conservation, "prend beaucoup de temps". Avant d'imaginer une modification des recommandations, "il était nécessaire de recueillir des données sur plusieurs lots de vaccins au fil du temps". Elles ont ensuite été analysées en interne par le laboratoire, avant de se voir "soumises et approuvées par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis". Des autorités de santé qui sont, in fine, les seuls à pouvoir valider des modifications. Côté européen, l'EMA a également été destinataire de ces nouvelles informations, à partir desquelles elle a formulé ses recommandations.

Lire aussi

Pfizer précise que "lorsque le vaccin a été autorisé en décembre 2020, des données suffisantes étaient disponibles pour confirmer que la qualité du vaccin était maintenue pendant cinq jours dans un réfrigérateur standard". Les semaines passant, le laboratoire "a recueilli des données de stabilité sur de multiples lots du vaccin COVID-19 fabriqués dans l'ensemble de son réseau de fabrication et a déterminé que des données suffisantes sont désormais disponibles pour prolonger la durée de conservation dans un réfrigérateur standard". D'où la possibilité de le garder dans ces conditions jusqu'à un mois.

Quoi qu'il en soit, ces évolutions vont faciliter la progression de la campagne de vaccination. Très majoritaire en France, le vaccin Pfizer pourra s'affranchir des contraintes logistiques qui rendaient jusqu'à présent sa conservation difficile. L'approvisionnement des outremers pourrait notamment s'en trouver facilité. À plus large échelle, il faut également se réjouir d'une telle décision pour les pays en développement. "Dans des pays comme la Tanzanie, l’Éthiopie, le Népal, on rencontre des difficultés d’acheminement dans les zones reculées", a confié au Parisien un responsable humanitaire, dues aux "faibles infrastructures routières et électriques pour apporter ce vaccin au plus proche des habitants". Sans hésitation, il voit dans ces nouvelles règles de stockage une véritable "bonne nouvelle"

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Dans le Gard, le geste héroïque d'un élève de 9 ans pour sauver son camarade de l'étouffement

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.