Plan blanc en Ile-de-France : "On risque d'avoir à choisir entre certains patients", prévient Martin Hirsch

Plan blanc en Ile-de-France : "On risque d'avoir à choisir entre certains patients", prévient Martin Hirsch

COVID-19 - Au lendemain du déclenchement du plan blanc renforcé dans les hôpitaux d'Ile-de-France, "on se met dans une situation où l'on risque d'avoir à choisir entre certaines pathologies ou certains patients", alerte le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch

Les hôpitaux vont-ils devoir choisir entre des patients ? Alors que le plan blanc renforcé a été déclenché jeudi 8 octobre dans les hôpitaux d'Ile-de-France, le directeur général de l'AP-HP Martin Hirsch sonne l'alerte. "On se met dans une situation où l'on risque d'avoir à choisir entre certaines pathologies ou certains patients", a-t-il déclaré ce vendredi matin sur Europe 1. Le plan blanc renforcé "permet de mobiliser immédiatement les moyens de toute nature dont il dispose en cas d’afflux de patients, ou pour faire face à une situation sanitaire exceptionnelle", indique le site du ministère de la Santé, notamment via la déprogrammation d'opérations.  

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face à l'ampleur de la deuxième vague

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Lire aussi

"Le déclenchement du plan blanc, c'est la conséquence d'une situation qui évolue relativement rapidement, qui est préoccupante, qui est extrêmement compliquée pour les équipes", a expliqué Martin Hirsch. "Et c'est le fait que nous prévoyons dans les jours qui viennent que le nombre de patients à prendre en charge, aussi bien en réanimation que dans les unités d'hospitalisation, va être de plus en plus élevé", a-t-il ajouté, appelant les patients à ne pas déprogrammer eux-mêmes leurs interventions.

"Restreindre les contacts sociaux"

Pour éviter que la situation se dégrade, le directeur de l'AP-HP a appelé les Français à rester vigilants et à respecter les consignes sanitaires, soulignant que "si les tendances ne bougent pas, là il n'y aura pas d'autres moyens que d'avoir effectivement des mesures extrêmement restrictives". "N'attendez pas forcément qu'on vous y oblige, pour vous discipliner, pour restreindre les contacts sociaux", a-t-il insisté. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Vaccin anti-Covid-19 : l'UE annonce un contrat avec Moderna

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

EN DIRECT - États-Unis : le camp Biden salue la mise en place d'un "transfert du pouvoir pacifique"

Élection américaine : ce que change le feu vert de Trump à la General Services Administration

Lire et commenter