Pollen : le rhume des foins arrive avec le beau temps

Pollen : le rhume des foins arrive avec le beau temps

DirectLCI
ATCHOUM - La nature est en plein réveil et tel est bien le problème pour les allergiques. Les risques résident particulièrement chez ceux qui habitent dans le sud-est de la France, selon le Réseau National de Surveillance Aérobiologique.

Avec le beau temps, le pollen fait aussi son arrivée. Et avec lui le rhume des foins et ses symptômes bien connus (yeux qui piquent, démangeaisons dans la gorge, éternuements à répétition…). Selon le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), les personnes sensibles pourraient commencer à le ressentir dans les prochains jours. Le phénomène est par ailleurs couplé à la pollution aux particules fines, très importante actuellement, qui peut provoquer une exacerbation des symptômes.

"Si le pollen de noisetiers, encore très présents sur une large partie Nord du territoire avec un risque allergique faible, termine peu à peu sa floraison, d'autres vont profiter de ces douces conditions météorologiques. Aulne, frêne et peuplier seront présents sur l'ensemble du territoire avec un risque allergique faible pouvant localement atteindre un niveau moyen, explique le RNSA . Plus que chaque pollen séparément, ce sont les mélanges que les allergiques doivent craindre".

Une grande activité des pollens de cyprès

À travers sa carte de surveillance, le réseau montre les zones les plus touchées par les allergènes. Il s'agit sans conteste du sud-est de la France où les pollens de cyprès sont omniprésents. Le Tarn et Garonne, le Tarn, l'Aveyron et la Lozère sont également touchés. Dans ces régions, les conjonctivites et rhinites risquent donc de démarrer sérieusement. Les risques allergiques sont en revanche des plus faibles dans le Nord du pays, dans le Pas-de-Calais et en Seine Maritime.

En France, près d'un quart de la population serait allergique aux pollens. Outre des traitements, des mesures simples peuvent limiter les symptômes : éviter les promenades en plein air, se laver les cheveux avant de dormir ou se rincer le nez. Les particules fines peuvent quant à elle provoquer de l'asthme et des maladies respiratoires. Les plus fines (moins de 2,5 microns), ont été récemment classées "cancérogènes certains" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Plus d'articles