Pour mieux se nourrir, faut-il un étiquetage plus clair ?

Santé
DirectLCI
ALIMENTATION - Un collectif d'association vient lancer une pétition afin de militer pour la mise en place d'un étiquetage alimentaire plus clair sur les emballages, destiné à mieux informer le consommateur sur ses choix nutritionnels. Les signataires souhaitent que cette mesure soit intégrée dans la loi de santé publique à venir.

Des logos simples et compréhensibles aux yeux de tous sur les emballages des aliments. Voilà ce que réclame dans une pétition un collectif composé de sociétés médicales, d'associations de consommateurs et des patients*. Une mesure qui vise à mieux orienter les choix des consommateurs et  les aider ainsi à mettre en pratique la recommandation de "ne pas manger trop gras, trop sucré, trop salé". La pétition sera accompagnée d'une lettre ouverte au Premier ministre rappelant que cette mesure figure déjà dans un rapport sur la nutrition remis en janvier dernier à la ministre de la Santé.

Les consommateurs pourront ainsi mieux comparer la qualité nutritionnelle des différents aliments entre eux, ou à l'intérieur d'une même famille, voire entre des aliments du même type mais de marques différentes. Par exemple, pour choisir les "céréales" moins grasses ou moins sucrées, ou encore les lasagnes bolognaises qui ont le meilleur "profil nutritionnel". Ces repères plus faciles à comprendre pourraient remplacer l'étiquetage à l'arrière des emballages (tableau nutritionnel et liste des ingrédients) considéré comme plus compliqué car moins lisible et plus difficile à comprendre.

"Améliorer les comportements alimentaires"

Surtout, le collectif estime que les stratégies de prévention du ministère des Affaires sociales "fondées sur la communication et l'information nutritionnelle générale" ne suffisent pas. Car il s'agit d'un véritable enjeu de santé publique : "cette mesure peut contribuer à améliorer les comportements alimentaires et l'état nutritionnel de la population, notamment des sujets plus défavorisés et à plus haut risque de problèmes de santé", expliquent ses membres . Les emballages des plats servis dans des chaînes de restauration type fast-foods sont particulièrement ciblés.

A terme, les signataires souhaitent que la mesure s'inscrive dans le cadre de la Stratégie nationale de santé qui vise à "reconnaître les objectifs autour desquels sera défini le cadre de l’action publique pour les années à venir et dont les premiers engagements seront concrétisés dans la loi de santé de 2014", explique le ministère. Si ce logo nutritionnel est adopté, ils espèrent également qu'il incitera les industriels de l'agroalimentaire à améliorer la composition de leurs produits, même si pour l'instant l'Association Nationale des Industries Alimentaires s'y est dit opposée.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter