Pourquoi peut-on désormais faire 6 vaccins et non plus 5 avec un seul flacon ?

Pourquoi peut-on désormais faire 6 vaccins et non plus 5 avec un seul flacon ?

VACCINATION - L'Agence européenne du médicament a annoncé ce vendredi que les flacons délivrés par Pfizer peuvent désormais servir à vacciner six patients au lieu de cinq, comme recommandé jusqu'alors. Comment un tel changement est-il possible ?

Les capacités de vaccination européennes vont augmenter... sans commander de doses supplémentaires. Dans un communiqué publié ce vendredi, l'Agence européenne du médicament (EMA) a recommandé l'utilisation d'une dose supplémentaire par flacon du vaccin développé par Pfizer et BioNTech, et jusqu'ici seul remède administré en France. Dorénavant, un flacon pourra permettre de vacciner six personnes, contre cinq jusqu'à présent.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Pourtant, les flacons ne contiendront pas plus de produit, et les doses administrées n'ont pas été revues à la baisse. Cette innovation a été rendue possible grâce au surplus de produit contenu dans chaque flacon, explique à LCI Frédéric Adnet, chef des urgences de l'hôpital Avicenne (Bobigny), déjà vacciné contre le Covid-19. "Quand nous aspirons le produit pour injecter 0,3 millilitres", soit la dose nécessaire, "nous en aspirons toujours un peu pour purger l'aiguille", détaille-t-il.

Purger l'aiguille est en effet une pratique nécessaire pour "ne pas y mettre d'air", poursuit-il. "À chaque vaccination, le volume nécessaire pour purger l'aiguille correspond à du volume que nous n'injecterons pas au patient : il s'agit de la fameuse petite goutte qui sort de l'aiguille. Si vous additionnez cette petite goutte par cinq, cela correspond à un volume non négligeable." Les flacons Pfizer contiennent donc suffisamment de produit pour purger les aiguilles et injecter les doses nécessaires aux patients.

Une pratique de bon sens qui vient d'être officialisée- Frédéric Adnet, chef des urgences de l'hôpital Avicenne

Mais lors de la campagne de vaccination, qui a débuté le 27 décembre au sein de l'Union européenne, les soignants se sont aperçus que le volume de produit nécessaire pour purger les aiguilles était inférieur à ce qui avait été estimé. "Les seringues sont tellement petites et les aiguilles tellement fines que même en purgeant, nous avons largement de quoi administrer six doses par flacon", indique Frédéric Adnet.

Si l'EMA n'est intervenue que ce vendredi 8 janvier, "nous le faisions déjà sans le dire", admet le chef des urgences. "Lorsqu'il nous restait une dose, nous faisions un vaccin en plus. C'est une pratique de bon sens qui vient d'être officialisée. Certains disent même que nous pourrions administrer une septième dose, mais j'ai bien vu que non, nous ne pouvons faire qu'une sixième dose."

Lire aussi

Avec cette mesure, les capacités de vaccination seront donc supérieures de 20% à ce qui avait été programmé. De quoi accélérer la campagne de vaccination française, largement critiquée ? "Cela va surtout permettre de retarder la pénurie", répond Frédéric Adnet. "Si la courbe de vaccination tient ses promesses et atteint les 40.000 injections par jour pour avoir un million de vaccinés d'ici la fin du mois, nous risquons effectivement d'avoir une pénurie. Avec 20% de vaccins en plus, cette pénurie pourrait être retardée. C'est une bonne chose."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - Moins cher qu'un Ehpad : ces Français passent leur retraite dans un 4 étoiles en Tunisie

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 3000 malades en réanimation à nouveau franchi ce lundi

Reconfinement : Emmanuel Macron temporise, les scénarios des prochains jours

Écoles ouvertes, vacances : Jean-Michel Blanquer défend le statu quo

Maintien des écoles ouvertes, vacances scolaires... Les réponses de Jean-Michel Blanquer sur LCI

Lire et commenter