Prévention : les seniors font plus attention à leur santé que les jeunes

Santé
SONDAGE - 80% des Français disent être attentifs à la préservation de leur santé au quotidien, selon un sondage publié ce lundi. Et plus l'âge augmente, plus l'information et les bonnes pratiques sont partagées.

Les Français se disent majoritairement attentifs à adopter les bons comportements pour préserver leur santé, mais des disparités existent entre classes d'âge et catégories sociales. C'est l'enseignement d'un sondage Odoxa pour franceinfo et Le Figaro publié ce lundi.

Huit sondés sur dix se disent en effet attentifs au quotidien à la préservation de leur santé, indique franceinfo, ajoutant que "près de sept Français sur dix se disent bien informés et sensibilisés surtout par leurs soignants". Des écarts existent cependant en fonction de l'âge, car 77% des plus de 65 ans se disent bien informés contre 61% des 18-24 ans.

 En matière de propension à faire attention à sa santé, la différence entre ces deux catégories d'âge atteint 35 points. Ces mêmes écarts se retrouvent dans l'application des bonnes pratiques. Alors que 82% des plus de 65 ans les appliquent, ils ne sont que 61% dans la catégorie des 18 à 24 ans.

Un écarts de taille entre les plus aisés et les plus pauvres

D'autres critères semblent jouer dans le rapport à la santé des sondés, notamment le niveau de vie. Les classes aisées ont une propension à faire attention à leur santé de 10 points supérieure aux classes pauvres, selon le sondage. Un écart semblable se retrouve quand on mesure le sentiment d'être bien informé concernant sa santé et la propension à appliquer les bons comportement parmi ces deux catégories sociales.


Selon les sondés c'est d'ailleurs le manque de moyens qui apparaît comme la première cause (à 41%) qui viendrait limiter l'application des conseils en matière de prévention. Enfin, 84% des sondés estiment qu'une meilleure prévention passe par une sensibilisation accrue de la part des médecins et des pharmaciens, ainsi que par une meilleure rémunération des personnels soignants afin que ces derniers aient plus de temps à consacrer à cette tâche (à 82%).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter