"Malaria Business" ce soir sur France Ô : pourquoi le Lariam, un anti-paludique, qui a rendu malade Stromae, fait polémique

Santé

SANTÉ- En France, une action collective, "class action", s'apprête à être lancée afin de faire interdire le Lariam, un médicament contre le paludisme, en raison de ses effets secondaires néfastes sur la santé des patients. Un sujet abordé ce mercredi 29 novembre par le documentaire "Malaria Business", diffusé sur France Ô.

Présent sur le marché français des médicaments depuis plus de trente ans, le Lariam est au cœur d’une polémique naissante.  Selon une information du Parisien du 11 septembre, une action collective est en train d’être lancée dans le but de faire interdire en France cet antipaludique, prescrit lors de voyages dans des zones à risque, en raison de ses graves effets secondaires. "On est en train de regrouper des victimes ", informait ainsi Georges-Alexandre Imbert, président de l’Association d’aide aux victimes des accidents de médicaments, dans les colonnes du quotidien. Le sujet est au coeur du documentaire "Malaria Business", diffusé ce mercredi 29 novembre à 20h55 sur France Ô.

Entre confusion mentale, hallucinations surprises et cauchemars à répétition, le Lariam est déjà interdit dans 28 pays. Et ses effets indésirables sont de plus en plus dénoncés, médiatisés notamment par un entretien du magazine Marianne avec le chanteur belge Stromae, publié début septembre. "J’ai peu de regrets dans ma vie, mais si je pouvais revenir en arrière et éviter de prendre du Lariam, je le ferai sans hésiter", y déclarait-il.

En vidéo

Stromae à Kigali au Rwanda, sur les traces de son père

Lire aussi

Crises d'angoisse, hallucinations...

En 2015, le chanteur s’est vu prescrire ce médicament contre le paludisme peu de temps avant de s’envoler pour l’Afrique dans le cadre de la tournée de son album Racine Carrée. Environ 80 % des cas de paludisme étant enregistrés en Afrique subsaharienne. Or, après la prise d’un comprimé par semaine pendant un mois, le chanteur a été rapatrié d’urgence en Europe, en raison de problèmes de santé, de "graves effets secondaires" engendrés par le traitement au Lariam. Sa tournée avait été interrompue. 

Depuis, le chanteur dit continuer de subir ces effets de temps à autre, entre crises d’angoisse et hallucinations. "Il m’est déjà arrivé de devoir retourner d’urgence à l’hôpital", a-t-il raconté dans Marianne. En mars dernier, dans les colonnes de Libération, Stromae avait déjà affirmé que la prise de Lariam avait provoqué chez lui des hallucinations. "Je n’ai pas supporté le traitement […]. J’ai cru que j’avais basculé dans la folie, on m’a diagnostiqué une décompensation psychique", expliquait-il.

C’est en raison de ces effets que certains demandent aujourd’hui l’interdiction du Lariam. Le fabricant de ce médicament, le laboratoire Roche, joint par Le Parisien, a pourtant rappelé que "le rapport bénéfice-risque de Lariam a été réévalué en 2016 et de nouveau jugé positif par les autorités". Le laboratoire indique que 39.681 patients adultes ont été traités l’an passé par ce médicament.

"Malaria Business", ce mercredi 29 novembre à 20h55 sur France Ô.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter