Que sait-on des transferts massifs de patients hospitalisés en Ile-de-France ?

Que sait-on des transferts massifs de patients hospitalisés en Ile-de-France ?

SATURATION - Olivier Véran a annoncé jeudi les évacuations de "dizaines, voire de centaines" de patients d'Île-de-France vers d'autres régions. L'afflux de patients se poursuit à un rythme soutenu dans les services de réanimation, qui redoutent que la saturation soit imminente.

Les chiffres sont sans appel : les admissions en réanimation augmentent dramatiquement plus vite en Île-de-France que la moyenne française. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, l'a souligné jeudi : "Toutes les 12 minutes, un Francilien est admis en réanimation". En effet, si un peu plus de 4000 personnes occupent actuellement un lit dans un service de réanimation français, une barre symbolique jamais atteinte depuis novembre dernier, plus du quart sont localisées en Île-de-France. Avec 1080 patients en réanimation selon les chiffres les plus récents, la région retrouve pratiquement le pic de la seconde vague de l'épidémie.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

Les reprogrammations de 40% des opérations "non-urgentes", ordonnées mardi par l'ARS d'Île-de-France, pourraient donc ne pas suffire : la mesure permet bien de repousser le seuil critique de saturation à 1500 lits, mais ce chiffre pourrait être rapidement atteint. Olivier Véran envisage donc "des dizaines, voire des centaines" de transferts de patients franciliens vers d'autres régions.

Au moment du pic épidémique de mars-avril 2020, plus de 600 patients avaient été transférés d'une région à l'autre, parfois en avion ou en ambulance, mais on se souvient le plus souvent des transferts ferroviaires massifs. Capables de transporter une vingtaine de patients par train, dix TGV avaient été spécialement affrétés, pour un total de 202 personnes transférées. Chacune avait pu être installé sans discontinuité de soins, escortée par une équipe de réanimation, et prise en charge à l'arrivée par les soignants des hôpitaux moins surchargés.

De premiers TGV médicalisés dès la semaine prochaine ?

Cette année, les transferts des patients franciliens devraient débuter dès samedi. Si le dispositif d'évacuation a déjà été éprouvé au printemps dernier, sa mise en œuvre reste une opération délicate. Une fois l'éligibilité des patients évaluée par l'hôpital d'origine, l'accord de la famille obtenu - et si l'on suit le mode opératoire retenu en 2020 -, ce sont 300 à 400 d'entre eux qui pourraient être transférés, d'après un proche de la présidence

Selon nos informations, des transferts dits "perlés", par hélicoptères ou par ambulance pourraient avoir lieu dès ce week-end, mais forcément en petit nombre- comparable en volume à ceux qui se pratiquent couramment entre hôpitaux. Les TGV ne seraient mobilisés qu'à partir de la semaine prochaine, transportant chacun plus de 20 patients. Direction le Grand Ouest, ou encore la région Occitanie, où la tension est moins forte sur les services de réanimation.  

Mais un problème nouveau guette l'opération : l’état des patients en réanimation ces derniers temps semblant plus grave que lors de la première vague, les candidats éligibles au transfert pourraient finalement se révéler peu nombreux. 

Lire aussi

Les autorités sanitaires restent d'ailleurs prudentes, au lendemain de la déclaration d'Olivier Véran. Comme le rappelle l'Agence régionale de santé d'Île-de-France à LCI, c'est "l'évaluation quotidienne" de la situation dans les hôpitaux qui va décider du nombre de patients qui seront transférés, et quand ils le seront. De son côté, le ministère de la Santé réunit en ce moment les "informations opérationnelles" nécessaires à une logistique qui s'annonce complexe.

L'exécutif semble pour l'heure envisager toutes les solutions plutôt que celle, redoutée, d'un nouveau confinement total ou même partiel. Cette possibilité resterait cependant étudiée à l'Élysée, si l'accélération de la campagne de vaccination ne permettait pas de gagner la course contre l'épidémie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - Covid-19 : les vols de Guyane toujours autorisés, contrôles renforcés à la frontière brésilienne

Lire et commenter