Italie, Grande-Bretagne, Autriche... Malgré les fêtes, des pays resserrent la vis

L'Italie fait partie des pays qui renforcement les mesures de restriction en cette période de fêtes.

PRÉVENTION - Les rassemblements à l'occasion des fêtes de fin d'année font craindre partout en Europe une aggravation de l'épidémie. Une série de pays ont déjà opté pour un durcissement des mesures afin de protéger leurs populations.

Malgré un couvre-feu imposé pour le réveillon de la Saint-Sylvestre, la France n'a pas souhaité que les fêtes de fin d'année se déroulent sous cloche. Si une limitation du nombre de personnes à table est hautement conseillée, les familles ont pu se retrouver et partager des moments conviviaux pour Noël. Un soulagement pour beaucoup, qui fait néanmoins craindre une augmentation des cas de Covid et une aggravation de la situation sanitaire dans les jours et semaines à venir. Ailleurs en Europe, des mesures plus contraignantes ont d'ailleurs été prises pour se prémunir de ces risques.

Toute l'info sur

La France à l'épreuve des variants du Covid-19

Les dernières actualités sur la pandémie

Un durcissement assumé

En Italie, les autorités ont mis en place un nouveau confinement depuis le 21 décembre. Annoncé par le Premier ministre Giuseppe Conte, il doit se poursuivre au minimum jusqu'au 6 janvier. En conséquence, tout le pays est classé "rouge" pour les fêtes, bien qu'un décret ait été publié pour autoriser les Italiens à quitter leur domicile pour prendre part à un repas de famille. Le nombre de convives, pour autant, doit rester limité. "Nos experts craignent que la courbe d'infection augmente pendant la période de Noël", s'est justifié le dirigeant transalpin. À défaut de pouvoir contrôler l'application de ces recommandations au domicile de chacun, il a appelé ses concitoyens à faire preuve de responsabilité.

Au Royaume-Uni, la découverte d'un nouveau variant du virus et l'absence d'amélioration sur le plan sanitaire a aussi poussé les autorités à agir. Le gouvernement britannique a décidé un reconfinement de Londres du sud-est de l'Angleterre avant Noël, compromettant pour beaucoup la bonne tenue des fêtes. Il s'agit avant tout de se prémunir d'une envolée des contaminations. Dans ces zones, le passage au 4e et plus élevé niveau d'alerte a été acté, restreignant encore davantage les déplacements et les ouvertures des commerces.

Lire aussi

The Independant rapporte pour sa part qu'au Danemark, un confinement "sévère" a été décrété pour Noël et le Nouvel An. "Les centres commerciaux, les restaurants, les cafés et les bars sont fermés, à l'exception des supermarchés et des magasins d'alimentation", note le quotidien. À la mi-décembre, c'est l'Allemagne qui optait pour un reconfinement, bien décidée à réduire les contaminations. Commerces non essentiels et écoles ont fermé leurs portes, tout comme les restaurants, bars, lieux culturels et enceintes sportives dont l'ouverture est défendue jusqu’au 10 janvier minimum. S'il est possible de se retrouver en famille pour Noël, les autorités incitent à ne pas organiser de rassemblements comptant plus de cinq personnes. 

Une série de mesures à travers l'Europe

En Autriche, le gouvernement à fait le choix d'instaurer "un troisième confinement généralisé à partir du 26 décembre, tout en sanctionnant les récalcitrants aux tests", note Libération. En pratique, après le 18 janvier, seuls les habitants ayant réalisé un test antigénique pourront retrouver une vie sociale. Pour l'heure, la fin des restrictions n'est pas prévue avant le 24 janvier. "C’est la seule façon de rouvrir le tourisme, la culture et la gastronomie en temps de pandémie et en même temps d’éviter que les chiffres n’explosent à nouveau", a défendu le chancelier autrichien devant la presse.

Les commerces non-essentiels du Luxembourg sont amenés à garder portes closes, tandis que le couvre-feu instauré va être avancé deux plus tôt qu'il ne l'était jusqu'alors. Des mesures moins strictes qu'aux Pays-Bas, où le gouvernement a annoncé avant les fêtes un confinement de cinq semaines, synonyme de fermeture des écoles, de commerces, ou encore de salles de sport pour lesquelles des restrictions étaient déjà en place. Les lieux culturels sont eux aussi fermés, tandis qu'il est recommandé de ne pas inviter chez soi plus de deux personnes au quotidien.

Pour l'heure en France, on se refuse à évoquer un durcissement des mesures, même si l'exécutif a les yeux rivés sur l'évolution de la situation sanitaire. "On se donne le temps de réagir s'il le faut. Mais si les chiffres s'emballent à nouveau, on devra à nouveau baisser le rideau", admet une source gouvernementale, ajoutant que "la situation peut changer du jour au lendemain".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

EN DIRECT - 31.519 cas de Covid-19 recensés en 24 heures, du jamais vu depuis novembre dernier

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter