Faut-il les préférer aux tampons et serviettes ? Une étude évalue pour la première fois l'efficacité des coupes menstruelles

Santé

RÈGLES - Une étude compilant 43 travaux précédents et portant sur 3.300 femmes évalue pour la première fois l'efficacité des coupes menstruelles, dispositif relativement peu connu par rapport aux serviettes et aux tampons.

On ne compte plus les milliers de vidéos disponibles sur YouTube vantant l’usage lors des règles de la coupe, également baptisée "cup", décrite comme "réutilisable, économique et écologique". Une étude parue ce mercredi dans la revue médicale The Lancet Public Health confirme ce plébiscite auprès des jeunes femmes. Cette publication, qui compile 43 travaux précédents, portant sur 3 300 femmes, est la première à évaluer très sérieusement ce dispositif relativement peu connu par rapport aux serviettes et aux tampons.

Selon ces travaux, quelque 70% des femmes ayant déjà utilisé des coupes menstruelles assurent qu'elles préfèrent continuer à le faire. La raison est tout d'abord pratique : nombre de femmes dans le monde n'ont pas accès à ces moyens de protection, ce qui peut être handicapant pour elles à l'école, au travail ou dans leur vie quotidienne, notent les chercheurs. Fabriquées en silicone ou en latex, lesdites coupes s'insèrent dans le vagin afin de recueillir le sang menstruel. Elles doivent être vidées toutes les quatre à douze heures.

Voir aussi

Peu onéreux sur le long terme

Ce que révèle, en outre, cette étude, c'est que les coupes représentent une protection aussi efficace que les tampons et les serviettes, qui, eux, absorbent le sang. Et ce sans risque supplémentaire d'infection. Cinq cas de syndrome de choc toxique menstruel ont certes bien été observés, mais dans la mesure où le nombre total d'utilisatrices de coupes est inconnu, les chercheurs n'ont pu dire si le risque était plus élevé qu'avec les tampons. Ce syndrome rare est dû à une bactérie, le staphylocoque doré. Il entraîne fièvre, baisse de la tension et d'autres atteintes potentiellement graves (digestives, musculaires, rénales, etc.). Pour l'éviter, les autorités sanitaires recommandent de ne pas garder trop longtemps la même protection interne, tampon ou coupe.

Au-delà de ces arguments, la question du coût des coupes menstruelles entre aussi en ligne de compte, à une heure où l'accès aux produits de première nécessité est on ne peut plus impérieux. Certes, dans certains pays, les coupes coûtent moins d'un dollar et sont 5 à 7% plus chères qu'une boîte de douze serviettes ou tampons. Mais sur le long terme, comme le fait valoir l'étude, elles se révèlent très économiques en pouvant être réutilisées et durer jusqu'à dix ans. Dans les pays les plus riches, certains modèles peuvent toutefois coûter jusqu'à 40 dollars. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter