Rentrée scolaire et allégement progressif des restrictions au menu d'un nouveau conseil de Défense

Nouveau conseil de défense sanitaire ce mercredi

MENU - Alors que la situation sanitaire ne s'améliore que très lentement, le retour en classe des élèves du primaire le 26 avril s'annoncent au cœur des discussions de l'exécutif ce mercredi. Tout comme la réouverture annoncée pour la mi-mai des terrasses de restaurants et des lieux de culture.

Pour la première fois depuis de longues semaines, l'épidémie de Covid-19 semble amorcer une pente descendante en France, mais bien trop fragile encore pour relâcher rapidement les mesures de restrictions. Dans ce contexte, le nouveau Conseil de défense sanitaire qui se déroule ce mercredi s’annonce décisif pour préparer le déconfinement. 

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

Et ce d'autant plus que les vacances scolaires, dont le gouvernement a unifié les dates, s'achèvent bientôt. Les élèves du primaire doivent ainsi retourner en classe le 26 avril, tandis que les collèges et les lycées connaitront une nouvelle semaine d'enseignement selon un calendrier encore confirmé par l'exécutif mardi.

Quel protocole pour la rentrée ?

Le protocole qui entoure ce retour en classe des élèves s'annonce donc au cœur des discussions de ce mercredi, l'Exécutif réfléchissant notamment à déployer dans les établissements scolaires des autotests que la Haute autorité de santé devrait autoriser cette semaine. Il faudra en ce cas organiser la manière dont ils seraient proposés aux élèves. Afin d'éclaircir plusieurs interrogations en suspens, les syndicats ont rendez-vous avec le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer ce jeudi 22 avril. 

Outre la rentrée scolaire, la levée des restrictions soulève également plusieurs points encore en discussion. Lors de son allocution du 31 mars, le chef de l'État avait annoncé, pour quatre semaines à partir du samedi 3 avril - donc jusqu'au 2 mai - un couvre-feu à 19h dans tout l'Hexagone, la limitation des déplacements à 10 km du domicile sauf motif impérieux, ainsi que le recours systématique au télétravail. S'agissant du couvre-feu, les plus prudents au gouvernement voudraient le voir retardé d'une heure au plus en métropole, tandis que les partisans de la réouverture plaident pour 23h. Si la levée de la limitation des déplacements semble acquise, pour le reste, rien n'est certain. Dans des cas similaires, le chef de l'État a souvent opté pour un compromis à mi-chemin.

Quel calendrier pour la réouverture des lieux fermés ?

Le 31 mars, Emmanuel Macron avait aussi évoqué une réouverture à partir de la mi-mai pour les terrasses de cafés-restaurants et des lieux de culture, particulièrement attendue par les professionnels de ces secteurs, ces derniers cumulant environ huit mois de fermeture depuis le début de la pandémie, il y a plus d'un an. Cet objectif a depuis été réaffirmé par Emmanuel Macron devant des maires et confirmé par des membres du gouvernement. 

Promettant un protocole sanitaire strict, le chef de l'État n'a toutefois pas fixé de condition sanitaire, ni de chiffre maximal de contaminations, qui feront "l'objet d’annonces en temps voulu", selon le ministre de la Santé Olivier Véran. Autres questions à trancher, les jauges dans les lieux de culture et la taille des commerces pouvant rouvrir autour desquels des concertations se poursuivent aux ministères de la Culture et de l'Economie avec les professionnels. Dans un entretien au Télégramme mardi, Olivier Véran s'est dit "ouvert à l'idée d'une approche territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage".

Variants et campagne de vaccination

Autre sujet au cœur des préoccupations actuelles de l'exécutif : les variants, à commencer par la souche dite "brésilienne" qui a encouragé l'annonce de nouvelles restrictions sur les voyages en provenance du Brésil, d’Argentine, du Chili, et de la Guyane, mais aussi d’Afrique du Sud.

Lire aussi

Sur le front de la vaccination, les pistes pour regagner la confiance des Français en l'AstraZeneca pourraient aussi être sur la table alors que l’Agence européenne des médicaments a considéré mardi que les bénéfices l’emportent sur les risques pour ce vaccins ainsi que celui de Janssen. Emmanuel Macron s’est d’ailleurs félicité lors d’une réunion "vaccins" mardi soir que la vaccination "s’accélère" avec plus de 17 millions de doses déjà injectées.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Vladimir Poutine lui aussi favorable à la levée des brevets sur les vaccins

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

EN DIRECT - Procès Lelandais : les légistes détaillent les blessures sur le corps d'Arthur Noyer

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

Disney : le baiser de Blanche-Neige fait polémique

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.