Réouverture des écoles à Paris : le déconfinement, un casse-tête pour les directeurs

Réouverture des écoles à Paris : le déconfinement, un casse-tête pour les directeurs

CASSE-TÊTE - Les directeurs et directrices d'école multiplient les lettres aux parents d'élèves pour leur faire part de la situation : une organisation de dernière minute se met en place avec une priorité, établir la liste des élèves à accueillir en priorité. Exemple dans plusieurs établissements de région parisienne.

A l’approche de la date fatidique du déconfinement, la réouverture des écoles obsède le gouvernement et les maires, les parents comme les enseignants. Interrogé à ce sujet mardi sur TF1, Emmanuel Macron a confirmé que cette réouverture à partir du 11 mai serait "progressive" et "concertée", et que la priorité serait accordée aux enfants "qui ont besoin de retourner" rapidement à l'école.

Au milieu des indications et des inquiétudes, les directeurs et directrices, en première ligne, tentent d’établir leur plan d’attaque, conforme au protocole sanitaire extrêmement exigeant qui a été dévoilé la semaine dernière. A quelques jours de la rentrée, des lettres et des mails sont envoyés aux parents pour faire le point, tenter de recenser les enfants à accueillir tout en rassurant les familles. Illustration avec ces courriers reçus dans plusieurs écoles d'Ile-de-France. 

Toute l'info sur

École : on n’a pas encore tout essayé

Un protocole et des adaptations

"Dans le cadre national de la réouverture des écoles et le contexte parisien, l'académie et la mairie de Paris ont choisi d'ouvrir les écoles en fonction des moyens humains et sanitaires dont elles disposent”, commence ainsi une école du 4e arrondissement, dans sa lettre aux parents que nous avons pu consulter. Mais quels moyens ? Dans un établissement du 18e, le directeur promet ainsi de "faire en sorte que le retour à l’école puisse se faire dans les meilleures conditions possibles". 

Une certitude : il faudra respecter les gestes barrières. Toutes les écoles promettent, avec leurs propres termes, que tout a été mis en oeuvre pour que les groupes d’élèves ne se croisent pas ou qu’une distanciation d'un mètre minimum soit respectée tout au long de la journée. Il est également prévu que les élèves se lavent les mains "en arrivant, en partant, avant et après les récréations, avant et après le passage aux toilettes". 

Un collège de la petite couronne propose même que les élèves sortant de la classe pour aller aux toilettes ne puissent plus revenir pour le reste du cours. Le port de masque pour les adultes sera obligatoire dans tous les établissements scolaires. Et toujours dans le même collège, les élèves aussi devront en avoir un, fourni par les parents, comme l'exige le protocole sanitaire. 

Lire aussi

Les parents, comme toute personne extérieure au personnel, ne seront pas admis dans les enceintes des écoles. Enfin, des mesures comme "l’interdiction de matériel commun, l’interdiction des jeux de récréation, l’aération et la désinfection des locaux" viennent compléter ces dispositifs anticipés en lien avec chaque mairie de secteur.

Les élèves prioritaires seront accueillis tous les jours

Le principal objet de ces missives est de sonder les parents pour savoir combien d’élèves pourraient être accueillis, et dans quel ordre. Toutes les écoles devront obligatoirement s’aligner sur la date de réouverture annoncée par Anne Hidalgo, soit le jeudi 14 mai à Paris. Mais c'est une évidence - écrite en gras et soulignée dans les courriers - tous les élèves ne pourront pas revenir en même temps. Certains enfants sont donc prioritaires, selon leur situation familiale, puis selon leur classe.

"Les élèves prioritaires sont les enfants de soignants, de pompiers, policiers, travailleurs sociaux, personnels municipaux, personnels RATP ou SNCF et enseignants 1er degré", rappelle une école de l’est parisien. Dans le 18e ou le 9e, on tente d'identifier les enfants en situation de handicap, les enfants dont la famille est en fragilité sociale ou encore, "les enfants à besoin particulier identifiés par les équipes", estimés "décrocheurs" ou "perdus de vue" durant le confinement. 

Avec seulement quelques jours pour organiser ce tri des élèves, certaines écoles demandent aux parents leurs attestations d'employeurs pour prouver leur appartenance à l'un de ces métiers de première ligne. A noter : ces enfants seront admis si "les deux parents ont des professions prioritaires et sont en activité", pas si l’un des deux peut garder les enfants grâce à du télétravail prolongé. "Attention, ce n’est pas parce que vous faites partie d’une de ces catégories que vous êtes obligé de mettre votre enfant à l’école. Chaque parent décide pour son enfant", précise toutefois un directeur.

Lire aussi

Les autres élèves accueillis de façon alternée

En fonction des effectifs, si des places sont excédentaires, seront ensuite accueillis les enfants dits "non prioritaires" sur décision de leurs parents et de façon alternée. Dans la plupart des écoles, les grande sections de maternelles, les CP et les CM2 seront priorisés pour compléter les groupes. Ces élèves tourneront pour que tous puissent revenir en classe à un moment de la semaine, est-il expliqué. Avec des jauges variant d'un établissement à l'autre. Dans une école du 9e arrondissement, "pas plus de 5 élèves en maternelle et 10 élèves en élémentaire dans chacun des groupes". Idem dans le 15e, mais dans l'établissement du 18e, cela monte jusqu'à 12 élèves par groupe. 

"Dès jeudi 7 mai, vous recevrez un mail de l’école vous indiquant quel jour, à quelle heure et pour quelle durée votre enfant sera attendu à l’école pour la semaine du 12 mai", annonce ainsi un des établissements parisiens, à quelques jours de la rentrée. 

Les plannings s'apprêtent donc à être de véritables casse-tête. Pour les parents, avec parfois des demi-journées de présence éparpillées dans la semaine, différente pour chaque enfant d'une même fratrie. Et pour les enseignants, qui devront gérer des groupes de différents niveaux avec une difficulté accrue pour assurer une continuité pédagogique. Pour faire au mieux, chaque école a demandé aux parents de rendre leur décision de remettre ou non leurs enfants à l'école dès le lundi 4 mai. Mail à l'enseignant en charge de l'élève, mail à la direction pour expliquer les difficultés de la famille, réponse au sondage en ligne de l'école : tout est envisagé, avec, toujours, l'impératif d'agir "au plus vite". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire : tout ce qu'il faut savoir ce lundi

EN DIRECT - Covid-19 : contaminations et hospitalisations en hausse avant l'entrée en vigueur du pass vaccinal

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

VIDÉO - Valérie Pécresse sur TF1 : "Je veux que 95% des Français ne payent plus de droits de succession"

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 21 janvier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.