"Réparer les vivants": un film pour mieux comprendre l'enjeu du don d'organes

Santé

CINÉMA – Alors que sort en salles ce mardi 1er novembre "Réparer les vivants", un film qui raconte la course contre la montre lors d’une greffe, LCI fait le point sur ce qu’il faut savoir.

Derrière la mort, il y a de la vie. Voilà le crédo du film Réparer les vivants, réalisé par Katell Quillévéré et adapté du best-seller de Maylis de Karangal (ed. Verticales, 2014). De la mort du jeune Simon, 17 ans, lors d’un accident de la route, à la transplantation de son cœur en passant par le rôle clé de l’infirmier coordonnateur, le film plonge le spectateur dans un univers où les professionnels de santé n’ont pas le droit à l’erreur. Et pour cause, le nombre de patients dans l’attente d’un organe grandit. Ils étaient plus de 12.500 à attendre une greffe en 2012, contre près de 21.500 en 2015.

(Re)découvrez ce qu'il faut savoir sur un acte qui peut sauver des vies

Vous êtes présumé donneur, sauf avis contraire !

En janvier 2017, une nouvelle loi va renforcer le principe de consentement présumé au don d'organe. Si vous n'êtes pas inscrits sur le registre national des refus, vos proches ne pourront donc plus s'opposer au prélèvement d’organes et de tissus. Mais dans la pratique, ils devraient toujours être consultés. D'où l'intérêt d'aborder le sujet avec eux au préalable. Ainsi, si vous êtes favorables à la greffe, ils pourront en parler avec l'équipe médicale le moment venu et gagner de précieuses minutes. 

Lire aussi

    Le rein et le foie : les seuls organes que l'on peut donner de son vivant

     Il est possible de faire don d’un rein ou d’un lobe de foie, pour la bonne raison qu’on peut tout à fait vivre sans. Pour cela, il faut remplir des conditions strictes : 

    ⇒ Etre majeur 

    ⇒ Etre volontaire : le donneur doit exprimer son consentement devant un magistrat. 

    ⇒ Etre en bonne santé et être compatible avec le receveur. 

    ⇒ Avoir un lien de parenté avec le receveur : père ou mère. Et par dérogation les enfants, les frères et sœurs, le conjoint, les cousins, les oncles et tantes, les grands-parents mais aussi les conjoints du père ou de la mère peuvent donner. Plus largement, une personne qui apporte la preuve d’un lien affectif "étroit et stable" depuis au moins deux ans peut donner. 

    La greffe doit être faite au maximum dans les 36 heures, selon les organes

    Après le décès, les organes ne sont viables que quelques heures. Les médecins doivent donc agir vite, d’où l’importance d’avoir communiqué votre décision à vos proches au préalable. Une fois prélevés, les greffons sont mis en hypothermie - dans une glacière qui ne dépasse pas les 4°C - et transportés jusqu’au receveur. 

    ⇒Le cœur doit être greffé dans les 4 heures suivant le prélèvement 

    ⇒Le poumon, dans les 6 à 8 heures 

    ⇒Le foie, dans les 12 à 18 heures 

    ⇒Le rein, dans les 24 à 36 heures 

    "Ces délais sont des moyennes qui dépendent de l’état de l’organe, note sur son site l’agence de la biomédecine. Néanmoins, plus le délai est court, meilleur sera le résultat de la greffe."

    Lire aussi

      80% des greffons sont toujours fonctionnels après 5 ans

      Grâce aux progrès réalisés dans l’immunosuppression - empêchant le corps de rejeter une greffe d’organe -, la plupart des patients peuvent reprendre une vie normale quelques temps après l’opération. Ainsi, l'agence de la biomédecine précise que "90 à 95% des reins greffés fonctionnent toujours après 12 mois et 80% des greffons sont encore parfaitement fonctionnels 5 ans après la greffe."

      Seulement 5 746 Français ont eu une greffe en 2015

      En 2015, 21.464 personnes étaient dans l’attente d’une greffe. Parmi elles, seulement 5.746 l’ont eu. Le rein est l’organe le plus greffé, suivi du foie et du poumon. Pour faire face à la pénurie d’organes , des scientifiques tentent des approches alternatives, comme l’exploitation du génome du cochon. 

      De son côté, la greffe du cœur n’enregistre pas de hausse fulgurante grâce à l’amélioration des techniques alternatives comme l'implantation de cœurs artificiels.

      Lire aussi

        En vidéo

        Don d'organes automatisé : "Ne pas faire porter aux familles en deuil la responsabilité de la décision"

        Sur le même sujet

        Et aussi

        Lire et commenter