Restrictions sanitaires : Anne Hidalgo demande de "laisser des marges de respiration aux Parisiens"

A l'approche d'un potentiel troisième confinement en Ile-de-France, Anne Hidalgo ne souhaite pas de restrictions strictes.

RECONFINEMENT - Alors que l'exécutif doit annoncer ce jeudi 18 mars à 19 heures de nouvelles restrictions en Ile-de-France pour tenter de freiner la "troisième vague" de l'épidémie du Covid-19, la maire de Paris exhorte à la souplesse.

La maire de Paris Anne Hidalgo a demandé au Premier ministre Jean Castex de faire preuve de souplesse à l'égard des mesures sanitaires qui seront imposées aux Parisiens avant la possible annonce d'un reconfinement de l'Ile-de-France dès ce soir."Quel que soit le scénario retenu, il faut laisser des marges de respiration aux Parisiens", a-t-elle insisté, lors d'un entretien téléphonique mercredi soir avec le Premier ministre Jean Castex et le préfet de police Didier Lallement.

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Plus longtemps qu'une heure, plus loin qu'un kilomètre

Les deux hypothèses évoquées lors de cette réunion sont un confinement total ou un confinement le week-end avec maintien du couvre-feu en semaine, selon l'entourage d'Anne Hidalgo à l'AFP. Sans se prononcer sur "le type de confinement le plus adapté" pour la capitale, l'édile a demandé à ce que les Parisiens puissent "sortir un peu plus longtemps qu'une heure et un peu plus loin qu'à un kilomètre" de leur domicile.

"Si on fait un confinement du week-end en région Île-de-France, quid de ce couvre-feu à 18h? Ce sera très difficilement supportable. On sait qu'une grande partie des contaminations se fait à l'intérieur et là, on va réduire les gens à rester à l'intérieur", prévient Anne Hidalgo."Si c'est ça l'hypothèse du gouvernement, il faudra quand même avoir des temps de promenade à l'extérieur. (...) On ne peut pas réduire les gens à juste travailler et rentrer chez eux. C'est inhumain, je trouve."

Enfin, la maire de Paris a appelé le gouvernement à "mettre le paquet sur la vaccination" et à "développer massivement les tests salivaires" afin de garantir le maintien de l'ouverture des écoles en cas de nouveau confinement. À ce sujet, elle a exclu l'hypothèse que les écoles soient ouvertes sans que les enfants ne puissent accéder aux cantines le midi. 

Anne Hidalgo doit participer à une ultime réunion ce jeudi après-midi pour en débattre avec la préfecture de police, la préfecture de région, l'Agence régionale de santé (ARS) et les maires d'arrondissement. Cette rencontre, initialement prévue mardi 16 mars, avait été reportée dans l'attente de précisions de la part de l'exécutif.

Lire aussi

De son côté, Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, a dit mercredi au Premier ministre Jean Castex et au ministre de la Santé Olivier Véran que "le confinement durant le week-end est certes pénible, mais moins que le confinement total" et a demandé à l'exécutif de la "visibilité." Le sort des 12 millions de Franciliens sera fixé ce jeudi 18 mars à 19 heures. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

EN DIRECT - Covid-19 : 510.000 doses injectées ce vendredi, annonce Macron

Un taux de vaccination supérieur à la France mais plus de morts : la stratégie italienne en question

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Lire et commenter