Retour du choléra en Algérie : quels sont les symptômes ? comment l'attrape-t-on ?

Retour du choléra en Algérie : quels sont les symptômes ? comment l'attrape-t-on ?

Santé
DirectLCI
SANTÉ - Début août, le choléra a resurgi en Algérie après 22 ans d'absence. L'épidémie a touché 74 personnes dans six régions du pays, deux d'entre elles ont succombé à la maladie. Mais qu'est-ce que le choléra au juste ? Quels en sont ses symptômes et comment s'en protège-t-on ? LCI fait le point.

L'épidémie de choléra survenu début août en Algérie inquiète. Jusqu'en France. Ce mercredi, près de 150 passagers et personnels navigants ont été bloqués sur le tarmac de Perpignan. Dans cet avion en provenance d'Oran, les autorités craignaient un cas de choléra - un enfant de 8 ans. L'examen s'est finalement révélé négatif. Mais la psychose, elle, est bien réelle. Car si cette maladie fait si peur, c'est bien entendu parce qu'elle est mortelle mais surtout méconnue.


Le choléra est une maladie diarrhéique, strictement humaine, due à une infection intestinale provoquée par le bacille Vibrio cholerae. Sur le papier, rien de bien méchant mais cette maladie peut être fatale si elle n'est pas soignée.

Quels sont les symptômes ?

"Dans la plupart des cas, l'infection ne provoque qu'une diarrhée bénigne ou elle reste même asymptomatique", rassure tout d'abord l'Organisation Mondiale de la Santé. "Moins de 25% des personnes infectées développent des symptômes", ajoute l'Institut Pasteur, "mais 10 à 20% d'entre elles vont déclarer une maladie sévère." En clair de violentes diarrhées et vomissements, sans fièvre, dans les quelques heures à quelques jours suivant l'infection (période d'incubation). 


Les pertes d'eau peuvent atteindre 15 litres d'eau par jour et les personnes touchées peuvent alors rapidement se retrouver dans un état de déshydratation sévère. "En l’absence de traitement, dans ses manifestations les plus sévères, le choléra est l’une des maladies infectieuses les plus rapidement mortelles : la mort survient en 1 à 3 jours", explique l'Institut.

Comment l'attrape-t-on ?

Enfants et adultes peuvent être touchés en ingérant des aliments ou en buvant de l'eau contaminés par le bacille Vibrio cholerae. Il est important de noter qu'il est impossible d'attraper la maladie en touchant un malade ou en étant dans la même pièce, cependant, les selles des malades restent contaminées, les vomissures aussi. "La maladie peut donc se propager rapidement dans les régions où les eaux usées et les eaux pour la consommation humaine ne sont pas convenablement traitées", alerte l'OMS.

Comment s'en protéger ?

La première règle à adopter dans une zone à risque est de suivre des mesures simples d'hygiène : se laver soigneusement les mains, notamment avant de cuisiner et de manger, bien cuire les aliments et les manger avant qu'ils ne refroidissent, ne pas boire l'eau du robinet, éviter les glaçons.


Il existe également deux vaccins oraux qui assurent une protection d'une durée maximale de 3 ans. Ils ne sont pas cependant fiables à 100% et n'empêchent donc pas de suivre les règles d'hygiène de base.

Quel traitement ?

En premier lieu, il faut se réhydrater.  "La réhydratation précoce permet de sauver pratiquement tous les patients infectés par le choléra", assure l'OMS. "On peut réhydrater rapidement et facilement la plupart d'entre eux en leur faisant absorber de grandes quantités d'une solution de sels de réhydratation orale (disponible en pharmacie, ndlr). En cas de déshydratation sévère, il peut s'avérer nécessaire de mettre le malade sous perfusion intraveineuse." 


Au bout de quelques heures, l'amélioration est perceptible et le malade guérit complètement en quelques jours.


Dans certains cas cependant, les cas les plus graves, une prise d'antibiotiques peut s'avérer nécessaire en complément. Mais les spécialistes alertent sur le fait que le choléra développe de plus en plus de résistances.

Où sévit encore le choléra ?

Selon l'OMS, on enregistre près de 3 millions de cas chaque année et plus de 95 000 décès du choléra et ces chiffres seraient bien en-dessous de la réalité. De nouvelles épidémies surviennent sporadiquement dans les régions du monde "où l'approvisionnement en eau, l'assainissement, la sécurité sanitaire des aliments et l'hygiène sont insuffisants", précise l'Organisation Mondiale de la Santé.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter