Risque de contamination : Nestlé rappelle "par précaution" 38 boîtes de lait infantile Guigoz

Santé

Toute L'info sur

Lait infantile contaminé : Lactalis et la grande distribution face au scandale

SANTE - Le groupe Nestlé a annoncé samedi qu'il rappelait "par précaution" 38 boîtes de lait infantile Guigoz 1er âge en raison d'une suspicion de contamination bactérienne. Les boîtes, qui ne devaient pas être commercialisées, sont facilement reconnaissables.

Nestlé s'entoure de précautions après la mise en vente par erreur de boîtes de lait infantile Guigoz. La marque a annoncé samedi qu'elle rappelait 38 boîtes "1er âge" en raison d'une suspicion de contamination bactérienne, aucun cas d'infection n'ayant été signalé pour l'heure. 

Le rappel concerne des boîtes de lait en poudre "Guigoz 1er âge formule épaissie 800 g" portant le numéro de lot 8075080624. Ces produits, en phase de "test industriel", n'étaient pas destinés à la vente et ont été "intégrés par erreur dans le circuit de distribution en pharmacies", souligne Nestlé.

Elles sont "très facilement" identifiables, souligne Nestlé : le logo Guigoz apparaît en blanc-gris et non en rouge comme habituellement, le mode d'emploi n'est pas lisible et les boîtes ne comprennent pas de mesurette. 

En vidéo

COMMENT ON FABRIQUE DU LAIT INFANTILE

Facilement identifiables

Le groupe soupçonne une "contamination de type enterobacter" et invite les consommateurs qui seraient en possession de ces boîtes à ne pas les utiliser et à les rapporter en pharmacie. 

En cas d'apparition d'une fièvre persistante chez l'enfant dans les 15 jours suivant la consommation de ce produit, il est recommandé de consulter un médecin dans les meilleurs délais", souligne l'industriel, qui présente ses "excuses aux parents qui (lui) font confiance" et a mis en place un numéro gratuit pour répondre aux questions des consommateurs (0800 223 242).

Lire aussi

Cette mesure intervient alors que l'Etat vient d'autoriser l'usine Lactalis de Craon a reprendre sa production de lait infantile, mais "sans commercialisation", après le scandale du lait contaminé aux salmonelles qui a éclaté fin 2017. 

Lire et commenter