Royaume-Uni : le ministre de la Santé fait référence au film "Contagion" pour justifier sa stratégie vaccinale

Le ministre Britannique Matt Hancock ce mercredi 3 février au sujet de la stratégie vaccinale du pays.

CORONAVIRUS - Le ministre britannique de la Santé Matt Hancock a expliqué ce mercredi que le film de Steven Soderbergh, sorti en 2011, avait en partie inspiré le Royaume-Uni pour lutter contre la pandémie.

Contagion, un film visionnaire ? De la réalité à la fiction, il n'y a parfois qu'un pas. Si certains ont pu remarquer des similitudes entre le film et la manière dont la pandémie du Covid-19 s'est propagée, les politiques reconnaissent désormais son influence sur la gestion de la crise. 

Interrogé sur sa stratégie vaccinale ce mercredi 3 février par la radio LBC, le ministre de la Santé britannique Matt Hancock a confié s'être inspiré du long-métrage de Steven Soderbergh pour étayer la stratégie vaccinale au Royaume-Uni, le pays ayant été le premier au monde à approuver un vaccin contre le Covid-19 le 8 décembre. “Dans le film, on voit que le moment de tension le plus élevé autour du programme de vaccination n’est pas avant son déploiement - lorsque les scientifiques et les fabricants travaillent ensemble à un rythme soutenu - c’est ensuite quand il faut établir un ordre de priorité”, a-t-il expliqué.

L'enjeu de priorisation

Afin d'éviter de tirer au sort les prioritaires comme dans le film, Matt Hancock a commandé un nombre important de doses. “Non seulement dans ce pays, j’ai insisté pour que nous commandions suffisamment pour que chaque adulte ait ses deux doses, mais nous avons également demandé très tôt des avis scientifiques sur la priorisation et l’avons présenté au public pour la première fois en août ou septembre pour qu’il n’y ait pas de grande débat sur l’ordre de priorité”, a-t-il précisé.

Lors d’une autre interview à la chaîne ITV, toujours dans la matinée ce mercredi, le représentant de l'État a rappelé qu’il ne s’était pas inspiré uniquement du film Contagion, faisant aussi référence à la polémique opposant l’Union Européenne et le laboratoire AstraZeneca. 

L'UE accusait la semaine dernière le géant pharmaceutique de ne pas vouloir mettre à contribution ses sites de production britanniques pour des vaccins à destination de l’Europe. “L’une des choses que j’ai faites au début, a été d’insister sur le fait que lorsque nous aurions le vaccin (AstraZenecaOxford, ndlr), que nous avons soutenu dès le début et c’était super, j’ai insisté pour que la production britannique protège les gens du Royaume-Uni en premier lieu. Et, en tant que secrétaire britannique à la Santé, c’est mon devoir”, a simplement commenté Matt Hancock. 

Lire aussi

Le gouvernement compte en effet sur la vaccination pour permettre une sortie du troisième confinement strict en vigueur au Royaume-Uni, où l’on déplore plus de 108.000 morts de la maladie. Le seuil des 10 millions de personnes partiellement vaccinées a été franchi mercredi, ce qui constitue “une étape très significative”, s’est d’ailleurs félicité Matt Hancock sur Twitter.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - Israël va vacciner l'ensemble des Palestiniens munis d'un permis de travail

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

Lire et commenter