Contraception : la pilule pour homme pourrait bien devenir réalité

Contraception : la pilule pour homme pourrait bien devenir réalité

DirectLCI
CONTRACEPTION - Le premier essai clinique de la pilule masculine a dévoilé des résultats prometteurs d'après une étude américaine. Mais l'adopter provoquerait toutefois quelques effets secondaires pour certains hommes comme une légère prise de poids et la diminution du bon cholestérol.

Elle semble plutôt bien passer. Le premier résultat clinique d'un prototype de pilule masculine s'avère concluant, selon une étude menée par la Société américaine d'endocrinologie rendue publique ce dimanche. Utilisé quotidiennement durant un mois par 83 hommes âgés de 18 à 50 ans, ce premier traitement-test a, d'après les chercheurs, montré des réponses hormonales compatibles avec une contraception efficace. 

À prendre de préférence en mangeant

Baptisée DMAU (dimethandrolone undecanoate), cette molécule expérimentale représente "une avancée dans le développement d'une 'pilule masculine' en une prise par jour", a déclaré Stephanie Page, professeure de médecine à l'Université de Washington. "Beaucoup d'hommes disent qu'ils préfèrent une pilule à prendre quotidiennement comme contraceptif réversible, plutôt que des injections à action prolongée ou des gels topiques, qui sont également en développement." Selon elle, l'élaboration d'une pilule masculine était jusque-alors sclérosée "par la toxicité des formes orales de testostérones, qui peuvent causer une inflammation du foie, et par leur élimination trop rapide de l'organisme".


Développée par les Instituts américains de santé (NIH), la DMAU contient de l'undécanoate, un acide gras qui, selon le professeur de médecine, "ralentit cette élimination". Elle doit cependant être prise au cours d'un repas pour garantir son efficacité.

En vidéo

50 ans après, les Françaises délaissent de plus en plus la pilule contraceptive

Quelques effets secondaires

Adopter ce moyen contraceptif ne serait cependant pas sans conséquences. Quand bien même permet-elle de réduire les niveaux de testostérone et de supprimer la production de deux des hormones nécessaires à la production de spermatozoïdes,

des patients ont constaté des effets secondaires mineurs. Ainsi, une légère prise de poids et une diminution du HDL ("bon" cholestérol") ont été relevés. "Ces résultats prometteurs sont sans précédent dans le développement d'un prototype de pilule mâle", a fait valoir Stephanie Page, alors que se tiendra ce dimanche 25 mars à Chicago le 100e congrès annuel de la Société américaine d'endocrinologie.


La nouvelle devrait en tout cas être plutôt bien accueillie. Dans une étude de l'institut CSA publiée par le magazine Terra Femina en 2012, 91% des hommes interrogés estimaient que la contraception devait être "autant l'affaire de l'homme que de la femme". 61% d'entre eux se déclaraient prêts à prendre une pilule masculine si elle existait. Ce sera peut-être bientôt le cas. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter