Diabète : un nouveau cas sur sept dû à la pollution atmosphérique

Diabète : un nouveau cas sur sept dû à la pollution atmosphérique
Santé
DirectLCI
POISON - La pollution atmosphérique une nouvelle fois incriminée dans le domaine de la santé. Selon une étude menée par des chercheurs américains, elle pourrait être responsable d'un nouveau cas de diabète sur sept.

"Nos recherches montrent un lien avéré encore la pollution de l’air et le diabète", affirment des chercheurs de la faculté de médecine Washington à Saint-Louis (États-Unis). Dans une étude publiée vendredi 29 juin dans la revue The Lancet Planetary Health, ceux-ci démontrent qu’un nouveau cas de diabète sur sept est lié à la pollution atmosphérique, soit 3,2 millions de nouveaux cas pour l’année 2016. "On pense que la pollution réduit la production d'insuline et provoque des inflammations, empêchant le corps de convertir le glucose du sang en énergie", résument-ils.


Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié les données médicales de 1,7 million d'anciens combattants américains, suivis sur une durée médiane de huit ans et demi. Ceux-ci n’étaient initialement pas diabétiques. Certains le sont devenus au fil du temps. En fonction de leur lieu de résidence, un modèle statistique a été bâti pour voir dans quelle mesure la pollution de l'air de leur environnement pouvait expliquer cette évolution. Et même si le surpoids et l’obésité ont été pris en compte, les particules atmosphériques engendrées par l'activité humaine ont montré un impact significatif dans les résultats.

"C'est important car beaucoup de lobbies économiques affirment que les niveaux actuels [de rejets de polluants dans l'atmosphère autorisés] sont trop stricts et devraient être relevés. Des preuves montrent que ces niveaux actuels ne sont toujours pas suffisamment sains et doivent être abaissés", affirme dans un communiqué le professeur de médecine Ziyad Al-Aly. Ainsi, la part de diabètes dus à l'air pollué est estimée comme plus élevée dans des pays où la réglementation est moins stricte et moins bien respectée, à l'image de l'Inde, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée ou encore de l'Afghanistan. Les habitants de la France, de la Finlande et de l'Islande connaîtraient au contraire des risques moins élevés. En tout, 240 millions de personnes souffrent de diabète dans le monde.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter