La "maladie X", cette affection imaginaire qui fait frémir les scientifiques

La "maladie X", cette affection imaginaire qui fait frémir les scientifiques

DirectLCI
DANGER - Pour la première fois, l'Organisation mondiale pour la Santé (OMS) a ajouté une maladie encore inconnue à la liste des affections susceptibles de causer un danger international. La "maladie X" vise à sensibiliser la communauté scientifique à une éventuelle pandémie à laquelle nous ne serions pas encore préparés.

Elle n’existe pas encore, mais pourrait bien devenir notre pire cauchemar. Comme Ebola ou le virus Zika, la "maladie X" a fait son entrée il y a quelques jours dans la très sérieuse liste des maladies qui pourraient poser un sérieux risque de santé publique, tenue par l’Organisation mondiale pour la Santé (OMS). Celle-ci est mise à jour chaque année lors d’un grand congrès qui réunit des scientifiques et des médecins du monde entier.


La "maladie X" est la première affection virtuelle à figurer dans ce classement. "La maladie X est là pour rappeler qu’une grave épidémie mondiale pourrait être déclenchée par un agent pathogène actuellement inconnu", explique l’OMS dans un communiqué.

Nous voulons être sûrs d’être prêtsJohn-Arne Rottingen

"L’Histoire nous dit que la prochaine grande pandémie sera du jamais vu", a commenté John-Arne Rottingen, directeur général du Conseil norvégien de la recherche et conseiller scientifique à l’OMS, dans les colonnes du quotidien britannique The Telegraph. "Cela peut paraître étrange d’ajouter un "X" mais le fait est que nous voulons être sûrs d’être prêts, d’avoir des vaccins et des diagnostiques qui pourront s’adapter. Nous voulons voir des systèmes prêts à l’emploi qui peuvent fonctionner pour toutes sortes de maladies".

Si elle peut être déclenchée par une erreur de manipulation en laboratoire ou un acte terroriste, la "maladie X" a davantage de chances, selon le scientifique, de provenir d'un animal  et devenir épidémique ou pandémique, à la manière de la grippe aviaire H1N1, en 2009. Selon plusieurs scientifiques, rapporte Europe 1, le virus Ebola pourrait aussi avoir été transmis à l'Homme par une morsure de chauve-souris en Guinée. Entre 2013 et 2015, il a causé la mort de près de 11.000 personnes en Afrique de l'Ouest.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter