Les rides du front pourraient indiquer un risque élevé de maladies cardiovasculaires

Santé
DirectLCI
RECHERCHES - Le facteur risque est dix fois plus élevé chez une personne avec des rides profondes que chez une personne sans rides visibles sur le front, rapporte une étude réalisée à Toulouse.

Et si après tout les rides avaient une utilité autre que celle de faire le bonheur des laboratoires pharmaceutiques ? Des chercheurs de l’université de Toulouse semblent avoir établi une corrélation entre les rides du front et la santé cardiovasculaire des patients.


Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont analysé les sillons frontaux de 3.221 adultes âgés de 32, 42, 52 et 62 ans, tous en bonne santé. Puis, ils les ont classés en fonction de la profondeur de leurs rides : de 0 (absence de rides) à 3 (traces nombreuses et profondes). En vingt ans, 233 participants sont décédés, annoncent les conclusions de l'étude présentées au Congrès ESC 2018, à Munich (Allemagne). Et fait étrange, les personnes ayant des rides profondes ont été plus touchées par des problèmes cardiovasculaires. 

Quel est le lien exact ?

Avec de légères rides (score de 1), les participants avaient cinq fois plus de chances de mourir d’une maladie cardiaque. Ce risque explose pour celles et ceux avec des rides profondes (score de 2 ou 3). Leur facteur risque est dix fois  plus élevé qu'une personne sans ride visible sur le front. Les résultats ont aussi pris en compte d'autres facteurs comme l’âge, le sexe, le niveau d’étude, le tabagisme, la tension artérielle, le cholestérol et le diabète.


Reste à savoir maintenant quel est la connexion exacte entre rides et santé cardiaque. "C'est la toute première fois qu'un lien est établi entre les rides et les risques cardiovasculaires", souligne la professeure Yolande Esquirol, principale auteure de l’étude. "Ces résultats doivent maintenant être confirmés par de futures recherches".  


Pour l'heure, l'équipe explique que les rides pourraient être un marqueur d’athérosclérose, un durcissement des artères à l’origine de nombreuses maladies cardiovasculaires. Autre hypothèse : les vaisseaux sanguins du front, de taille très réduite, pourraient être plus sensibles à la formation des plaques lipidiques.

En attendant, cette professeure de Toulouse recommande la prudence. "Si vous avez une personne présentant un risque cardiovasculaire, vous devez vérifier les facteurs classiques tels que la pression artérielle, les taux de lipides et de glucose sanguin" rappelle-t-elle. "Mais vous pourriez déjà prodiguer certaines recommandations sur les facteurs de style de vie."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter