L'OMS alerte sur les dangers de la cigarette électronique, "incontestablement nocive"

Santé
VAPOTAGE - Dans un rapport présenté ce 26 juillet, l'OMS alerte une nouvelle fois sur l'usage nocif de la cigarette électronique. Pour autant, ses conséquences sur la santé sont encore à l'étude.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne recommande pas la cigarette électronique comme substitut au tabac. Et va même plus loin en affirmant la dangerosité de cet outil, considéré par beaucoup de fumeurs comme révolutionnaire. Elle serait "incontestablement nocive", selon les termes contenus dans un rapport présenté par l’institution ce 26 juillet. Cela fait des mois que l’OMS alerte sur les effets nuisibles de la cigarette électronique, sans pour autant pouvoir expliquer précisément pour quelles raisons et à quel degré. C’est que les scientifiques pâtissent d’un cruel manque de visibilité lié à l’apparition de l’"e-cigarette" sur le marché il y a moins de dix ans.


Reste que son usage est de plus en plus étudié, depuis qu’il s’est popularisé. D’après les premières études rendues, les conséquences sanitaires du "vapotage" seraient diverses et variées. L'une d'elles, menée par des chercheurs de l’université de Stanford, démontre que l’inspiration de certains arômes augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires, tandis qu’une autre, publiée dans l’American Journal of Physiology, certifie que le vapotage causerait une inflammation pulmonaire, similaire à celle observée avec le tabac.

Moins dangereuse que le tabac, mais à quel point ?

"La cigarette électronique pourrait être moins dangereuse que le tabac. Mais on ne sait pas vraiment à quel point elle est moins nocive", expliquait le docteur Vinayak Prasad au micro de RFI le 31 mai dernier, à l’occasion de la journée mondiale sans tabac. "Je compare ça à une chute. Au lieu de tomber du 7e étage avec la cigarette normale, vous tombez du 3e étage avec la cigarette électronique. La question, c'est est-ce que vous allez survivre pour autant ?"


Dans son nouveau rapport, l’OMS prévient également de la "menace actuelle et réelle" que représente la désinformation sur le vapotage. Elle appelle les gouvernements, ce qui a déjà été fait par le passé, à taxer les cigarettes électroniques au même niveau que les cigarettes classiques. Aujourd’hui, 3 millions de Français utilisent une cigarette électronique, d’après les chiffres de Santé Publique France. 75% de ces vapoteurs continuent néanmoins de fumer régulièrement. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter