L'Australie en passe de devenir le premier pays à éradiquer le cancer du col de l'utérus

L'Australie en passe de devenir le premier pays à éradiquer le cancer du col de l'utérus

DirectLCI
SANTÉ - Grâce à une grande campagne de vaccination concernant les jeunes filles, mais aussi les jeunes hommes, l'Australie devrait avoir éradiqué le cancer du col de l'utérus d'ici à vingt ans. Une prouesse loin d'être atteinte en France.

Le cancer du col de l’utérus vaincu. Éradiqué. Si en France, ce rêve est loin d’être réalité, l’Australie peut presque le toucher du doigt. D’après une étude épidémiologique pilote financée par le département de la Santé du pays, la proportion des femmes âgées de 18 à 24 ans porteuses des deux principaux types du virus responsables de la maladie a chuté de 23 % à 1 % entre 2005 et 2015, rapporte le Figaro.


Depuis 2007, une campagne de vaccination gratuite est menée sur l’île à destination des jeunes filles de 12-13 ans, mais aussi des garçons depuis 2013. Près de 80% des Australiennes et 75% des Australiens de 15 ans sont ainsi vaccinés. Couplée avec des dépistages plus précis, la campagne de vaccination pourrait faire de l’Australie le premier pays à venir à bout de ce cancer qui touche en 2018 dans le pays 930 femmes environ.

En France, et alors que le cancer du col de l’utérus est le douzième cancer féminin le plus répandu, à peine 20% des femmes sont vaccinées. Et ce malgré les campagnes publiques menées depuis le lancement du vaccin, le Gardasil, en 2006. Gratuit et recommandé à toutes les jeunes filles entre 11 et 14 ans, il subit en grande partie, depuis 2011, les effets des campagnes anti-vaccinales menées sur Internet et par d’anciens professeurs, dont le très médiatique Henri Joyeux. 


Le frottis, qu'il est recommandé de faire de façon individuelle tous les trois ans, de 25 à 65 ans, par la Haute Autorité, est lui aussi boudé par les femmes. 40% des femmes ne le réaliseraient pas. 50%, entre 50 et 65 ans. Il permettrait pourtant, selon l'Institut national du cancer, d'éviter 90 % des cancers du cancer du col de l’utérus.


Pour tenter d'améliorer la prévention, le ministère de la Santé lance cette année un dépistage national par frottis cervico-utérin. Entre 2010 et 2012, le gouvernement avait réalisé une expérimentation en envoyant des invitations à 1 320 000 femmes n’ayant pas réalisé de frottis sur prescription individuelle au cours des trois dernières années à se faire dépister. 455 000 femmes avaient ensuite été relancées. Au final, 279 000 femmes ont pu être dépistée grâce à cette expérimentation. Soit une augmentation de la couverture de douze points de pourcentage attribuable au dépistage organisé. Des résultats positifs qui ont encouragé la mise en place de ce dépistage national.

Le cancer du col de l'utérus est principalement causé par un virus se transmettant par voie sexuelle : le papillomavirus humain ou HPV (human papillomavirus). Fréquemment contracté au début de la vie sexuelle, il s'installe de manière durable dans environ trois cas sur mille. Non dépisté, il peut entraîner l'apparition d'un cancer dix à quinze ans plus tard, explique l'Institut national du cancer. Les lésions cancéreuses apparaissent sur la muqueuse du col de l’utérus, autrement dit sur le tissu qui le recouvre. Près de 3.000 femmes sont touchées chaque année par ce cancer. Un tiers en décède. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter