Servier va indemniser les victimes du Mediator : comment ça pourrait se passer ?

Santé
DirectLCI
SCANDALE - Le nouveau président du laboratoire pharmaceutique Servier a assuré mercredi que le groupe "assumera (ses) responsabilités" et, dans le cadre des procédures de l'Oniam et civiles, "indemnisera tous les patients qui ont souffert" du Mediator.

Qui pourrait être concerné ?
"Dans le cadre de l'Oniam (Office national d'indemnisation des accidents médicaux) et des affaires civiles, nous avons indemnisé, nous indemnisons, et nous indemniserons tous les patients qui ont souffert du produit", a dit le nouveau président de Servier, Olivier Laureau.
Depuis 1976, 145 millions de boîtes de Mediator (molécule benfluorex) prescrit pour ses actions antidiabétiques puis détourné comme coupe-faim ont été vendues à cinq millions d'utilisateurs. Il a été retiré définitivement du marché fin 2009. A la date du 12 avril 2013, le Mediator aurait fait entre 1.300 et 1.800 morts à long terme. Ce médicament pourrait être responsable, à terme, de la mort de 2.100 personnes.

Les victimes et proches des victimes ont-elles des raisons d'y croire ?
Irène Frachon , à l'origine de la révélation du scandale du Mediator, voit uniquement dans cette annonce une possible "tentative pour apaiser le jeu". Un mois après la mort de l'ancien président Jacques Servier , elle rappelle que : "ces déclarations, nous les avons déjà entendues mot pour mot il y a quelques années".
Début 2011 en effet, ce dernier s'était dit "prêt" à participer à un fonds d'indemnisation. Jacques Servier avait proposé une première dotation de 20 millions d'euros à ce fond. Un fonds public d'indemnisation est créé le 4 août de la même année pour "toutes les victimes du Mediator, sans distinctions". Le 30 avril 2013, ce fonds rend 152 avis favorables sur les 7.935 demandes déposées auprès de l'organisme.

Où en est-on du procès ?
Le grand procès du Mediator devrait avoir lieu au premier semestre 2015, à moins que les victimes ne retirent leurs plaintes d'ici là. Olivier Laureau a indiqué que le groupe entendait "défendre (sa) position avec détermination" car il "estime qu'il y a beaucoup d'éléments dans le dossier qui n'ont peut-être pas été dits, entendus".
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter