Sida : des tests de dépistage gratuits, sans rendez-vous et ordonnance expérimentés dans les laboratoires à Paris

Santé

EXPÉRIMENTATION - Depuis lundi 1er juillet, les laboratoires d'analyses parisiens proposent un test de dépistage du VIH sans ordonnance, pris en charge à 100% sans avance de frais et sans rendez-vous. Cette campagne pilote de dépistage est menée conjointement avec les Alpes-Maritimes.

Faire du dépistage du VIH un acte banal. À partir du lundi 1er juillet, la ville de Paris expérimente un dispositif pilote dans le cadre du dépistage du virus du sida. Tous les laboratoires d'analyses parisiens vont proposer, pendant au moins un an, des prises de sang gratuites, sans rendez-vous et sans ordonnance d'un médecin généraliste, que l'on soit muni ou non d'une carte vitale. Si le test de dépistage revient positif, le biologiste médical recevra le patient pour lui expliquer le processus à suivre. Un rendez-vous lui sera ensuite soumis dans les 48 heures dans l'hôpital de son choix pour approfondir l'examen. 

Répondant au nom de code "Au Labo sans ordo", cette campagne de dépistage vise à "accélérer la fin du sida", affirme Anne Souyris, l'adjointe à la mairie de Paris en charge de la Santé, interrogée par nos confrères de CNews. Pour la capitale, l'objectif de cette expérimentation est de "simplifier le réflexe de dépistage" et arriver à "zéro nouvelle infection à partir de 2030", comme inscrit dans le plan de 2017 "Paris sans sida" mis en place par la municipalité. "Il faut décupler le nombre de tests. C'est bien que cette facilité là existe, que monsieur Tout-le-monde puisse se faire dépister", poursuit l'élue. 

10.000 Franciliens vivent avec le VIH sans le savoir

Sur l'ensemble de l'année 2017, 6400 personnes ont découvert leur séropositivité en France, dont 2500 en Île-de-France et 1000 dans la seule ville de Paris. Selon l'Agence régionale de santé d'Île-de-France, on estime à 10.000 les Franciliens vivant avec le VIH sans le savoir. Cette expérimentation pilote, menée conjointement avec le département des Alpes-Maritimes, l'un des plus touchés par le virus du sida après la région parisienne, se poursuivra si les résultats se révèlent concluants. Avant d'être potentiellement, comme le souhaite l'adjointe à la mairie de Paris en charge de la Santé, "élargi à toute la France".

Lire aussi

Par ailleurs, il est toujours possible pour celles et ceux qui le veulent de se rendre dans un CEGIDD (Centre gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic) pour réaliser cet examen de dépistage du VIH de manière anonyme et gratuite.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter