Sidaction : les grands chantiers de l'édition 2016

Sidaction : les grands chantiers de l'édition 2016

RENDEZ-VOUS – Ce 1er avril 2016 marque le coup d’envoi du Sidaction 2016. L’occasion de revenir sur les idées reçues en matière de VIH et de faire le point sur l’état des recherches.

Trois jours pour donner. Trois jours pour tenter de faire reculer le VIH. L’édition 2016 du Sidaction commence aujourd’hui et en matière de lutte contre la maladie, le combat continue. Car si les progrès de la recherche et de la  prise en charge des malades ont été conséquents ces dernières années, il reste fort à faire.

Le diagnostic n’implique plus de nos jours une condamnation à mort mais la vie avec le virus est loin d’être une partie de plaisir. Le VIH n’est pas une maladie chronique comme les autres, ce que certains ont tendance à oublier. Metronews fait le point avec Florence Thune, directrice des programmes France du Sidaction , sur les grands chantiers qui restent à mettre en œuvre autour cette maladie responsable de plus de 6000 nouvelles contaminations, tous les ans, en France.

► Changer les mentalités
"Au niveau médical, le VIH est considéré comme une maladie chronique. Les traitements permettent de contrôler le virus ce qui n’était pas le cas il y a 20 ans. Et ces traitements génèrent moins d’effets indésirables. Mais attention, chez certaines personnes il est difficile de contrôler l’infection et pour 11% des malades dépistées on a affaire à des patients qui sont déjà en phase Sida. Plus on les traite tard, plus ils ont de risques de développer des complications graves type cancer, baisse des défenses immunitaires etc… Enfin, le VIH suscite de nombreuses discriminations et génère toujours des peurs."

EN SAVOIR + >> "Sida : il règne toujours des peurs vis-à-vis des malades"

 Des traitements toujours plus efficaces
"Aujourd’hui,  les traitements (trithérapies) sont très efficaces et les effets secondaires beaucoup moins invalidants, ce qui a révolutionné le quotidien des malades. Il y a 20 ans, les gens se retrouvaient malades à cause du traitement ! Ces trithérapies ont également permis aux personnes contaminées de ne plus être contaminantes pour leur partenaire. Enfin sur le terrain des traitements préventifs, le Truvada qui permet de se protéger en amont est un outil fort utile."

► Rassembler les efforts pour parvenir à l’éradication complète du virus
"Le Sidaction finance la recherche fondamentale afin de comprendre comment fonctionne la maladie. La recherche clinique vient dans un second temps. Les deux gros enjeux de la recherche financée par le Sidaction portent sur la rémission (un virus inactif dans l’organisme sous traitement) et l’éradication complète du virus."

 Viser le public jeune qui reste très concerné par la maladie
"Il faut, par le biais de nos campagnes de prévention, toucher les publics qui forment le gros des nouvelles contaminations et en particulier les 15-24 ans qui représentent 11%  de ces dernières. Depuis 2007 on note une augmentation de 24% sur cette tranche d’âge. Et sur cette même population, mais sur un public exclusivement gay, le chiffre a explosé de 150% en 10 ans. Le VIH est toujours là et personne n'est à l'abri."

► L’espoir d’un vaccin
"De grands espoirs se fondent désormais  sur un vaccin curatif duquel nous nous rapprochons et plus tard sur un vaccin préventif d’ici 10 à 15 ans. Mais comme le VIH est un virus qui mute énormément, il est aujourd’hui très difficile d’élaborer ce fameux vaccin."

A LIRE AUSSI

>> VIH : les auto tests en vente en pharmacie

>> Jeune femme remise du Sida : le combat est loin d'être gagné" >> Sida : la planète débarrassée en 2030 ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 8 cas de variant Omicron détectés ce jeudi en France

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Variant Omicron et 5e vague du Covid : un nouveau conseil de défense sanitaire prévu lundi

Cinquième vague : l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelle les Français à réduire leurs contacts de "10 à 20%"

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.