Suicide : l'anonymat aide à exprimer sa détresse

Suicide : l'anonymat aide à exprimer sa détresse

DirectLCI
SOUFFRANCE – En France, quelque 10.000 personnes se suicident chaque année. L'association SOS Amitié rappelle que l'écoute est essentielle dans la prévention de ces actes de désespoir.

Toutes les 40 secondes, une personne se donne la mort dans le monde. Et la France fait partie des pays à fort taux de suicide, avec 16,2 suicides pour 100.000 habitants . Sur la période 2000-2010, une moyenne annuelle de 10.700 décès par suicide a été enregistrée en France, rappelle l'Institut de veille sanitaire . En cette journée nationale de prévention, Maxime Bonin, président de SOS Amitié Paris Île-de-France , rappelle à metronews que "l'écoute est le meilleur moyen de prévention".

SOS Amitié reçoit 700.000 appels par an, dont 100.000 en Île-de-France. "Les gens nous appellent parce qu'ils ont besoin d'être écoutés par quelqu'un qui les comprenne, se mette à leur place, accueille leur souffrance, sans jugement ni conseils, ce qu'ils ont du mal à trouver dans leur entourage, poursuit Maxime Bonin. L'anonymat les aide à s'exprimer : on parle plus facilement à quelqu'un qu'on ne connaît pas et aussi qu'on ne voit pas."

A LIRE AUSSI >> L'approche des fêtes avec les bénévoles de SOS Amitié

Sauver des vies

Pas étonnant que le médecin traitant ne soit pas le principal interlocuteur des suicidaires. Seuls 11,3% des jeunes adultes (18-39 ans) et 21,9% des plus de 40 ans exprimaient auprès des généralistes leur détresse lors de leur dernière consultation avant une tentative de suicide, selon une étude menée auprès du réseau Sentinelles .

"À partir du moment où les personnes ont eu quelqu'un de bienveillant au bout du fil, pu s'exprimer et mettre des mots sur leurs maux, cela diminue leur angoisse. Nous recréons le lien avec eux, elles se sentent accompagnées, retrouvent leur calme. Ça permet de sauver des vies", ajoute le président de l'antenne francilienne de l'association.

Sauf que les écoutants de SOS Amitié ne peuvent répondre qu'à un appel sur quatre. Maxime Bonin appelle de ses vœux l'avènement d'une "société où, au même titre qu'on ne tolère plus que quelqu'un ne mange pas à sa faim, n'ait pas un 'chez-soi', on n'accepte pas que quelqu'un qui soit à bout n'ait personne au bout du fil". Et souhaite récolter 30.000 euros pour ouvrir un huitième poste d'écoute parisien, dans le nord de la capitale, afin de pouvoir répondre à 10.000 appels de plus la première année.

EN SAVOIR +
>> Le suicide cause 10.000 morts chaque année en France
>>
Suicide, dépression : une première étude sur les souffrances des transsexuels
>>
Un tiers des enfants français en état de souffrance

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter