Suspension de Johnson & Johnson : que représente ce vaccin dans notre plan de vaccination ?

Suspension de Johnson & Johnson : que représente ce vaccin dans notre plan de vaccination ?

VACCINATION - Après l'apparition de cas de thrombose, le laboratoire Johnson & Johnson a pris la décision de "retarder le déploiement" de son produit unidose en Europe. La France, qui doit bénéficier d'environ onze millions de doses en trois mois, a reçu sa première livraison en début de semaine.

À peine arrivé, pas encore administré, mais déjà dans la tourmente. Le vaccin développé par Johnson & Johnson, le quatrième accepté au sein de l'Union européenne, connaît déjà un premier couac. Le groupe pharmaceutique, dont le produit est autorisé sous l'appellation Janssen, a mis en pause la vaccination aux États-Unis après l'apparition de six cas de caillots sanguins sur 6,8 millions de vaccinés outre-Atlantique. Le temps de mener l'enquête, le laboratoire a décidé "retarder le déploiement" des doses en Europe.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les dernières infos sur la vaccination et le déconfinement

La France compte pourtant, dès les prochains jours, sur ce vaccin pour accélérer la campagne. Mardi 13 avril, les professionnels de santé en ville ont pu commander leur premier flacon de Johnson & Johnson, pour une réception programmée la semaine prochaine. Ces 200.000 premières doses sont même arrivées en France depuis lundi.

Destiné à être administré par les médecins, infirmiers libéraux ou les pharmaciens, ce produit a vocation à protéger, dans un premier temps, les plus de 55 ans. "À ce stade, ce vaccin va être distribué et administré dans les mêmes conditions que ce qui est prévu pour le vaccin AstraZeneca", a d'ailleurs confirmé ce mercredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, "c'est-à-dire pour les personnes âgées de plus de 55 ans."

600.000 doses en avril, jusqu'à 11 millions d'ici juin

Ce vaccin possède surtout un avantage non négligeable par rapport à ses concurrents : une seule injection demeure nécessaire pour conférer la protection maximale. Dès lors, le dispositif du ministère de la Santé est bien rodé. Il est en effet convenu qu'une partie des premières livraisons soit destinée aux territoires d'Outre-mer pour lesquels l'acheminement des doses est plus complexe.

Une autre partie est réservée aux "personnes les plus précaires", vers lesquelles les autorités "ont du mal à aller pour plusieurs raisons sociales, mêmes si elles souhaitent parfois se faire vacciner", expliquait la semaine dernière le ministère de la Santé.

Lire aussi

Selon le calendrier de livraison communiqué par la Direction générale de la Santé ce mardi soir, un total de 600.000 doses de Janssen doivent arriver dans le pays en avril. Et la montée en charge est progressive. 2,5 millions de doses doivent être livrées en mai, puis 8,1 en juin. Soit plus de onze millions de potentiels vaccinés d'ici le début du deuxième semestre. Pour l'heure, malgré les déboires de Johnson & Johnson, le ministère de la Santé ne dispose pas d'éléments permettant de modifier le calendrier des livraisons.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte "vent" : 2 départements en vigilance

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Vaccin : le casse-tête de l'exécutif pour écouler les doses d'AstraZeneca

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.