Tabac, alcool : quel est l'impact du confinement sur la consommation des Français ?

En période de confinement, certains préfets ont décidé d'interdire les ventes d'alcool.

PANDÉMIE - Une enquête de l'organisme de sécurité sanitaire Santé Publique France relève une hausse significative de la consommation de tabac et d'alcool pendant le confinement.

Plus d'un fumeur sur quatre déclare avoir augmenté sa consommation de cigarettes durant le confinement, tandis que près d'un quart des buveurs d'alcool dit avoir constaté une diminution du nombre de verres par rapport à d'habitude. "L'ennui, le manque d'activité, le stress et le plaisir sont les principales raisons mentionnées par les fumeurs ou usagers d’alcool ayant augmenté leur consommation", commente Viêt Nguyen Thanh, responsable de l’unité addictions à la direction de la prévention et de la promotion de la santé à Santé publique France (SpF), soulignant que cette hausse de la consommation, aussi bien pour le tabac que pour l'alcool, est corrélée au risque d'anxiété et de dépression.

Selon l'enquête publiée mercredi par l'organisme de sécurité sanitaire, plus d'un quart (27%) des fumeurs interrogés déclarent avoir augmenté leur consommation de tabac depuis l'instauration de la période de confinement, plus de la moitié (55%) la jugent stable et pour 19%, elle a diminué. Pour les fumeurs quotidiens (94 % des fumeurs interrogés), la hausse moyenne du nombre de cigarettes fumées est de 5 cigarettes par jour. Ce sont les 25-34 ans (41 %) et ceux travaillant à domicile (37%) qui indiquent le plus fréquemment fumer plus. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Un Français sur dix a augmenté sa consommation d'alcool

Concernant l'alcool, près d'un consommateur sur dix déclarent avoir augmenté sa consommation mais près d'un quart l'a diminuée, selon l'enquête de Santé publique France. Dans le détail, 11% déclarent une augmentation de leur consommation d'alcool depuis le début du confinement, 65% la disent stable tandis que 24% la jugent en baisse. Parmi ceux qui déclarent une hausse de leur consommation, la moitié (51%) affirment avoir accentué leur fréquence, 10% le nombre de verres bus les jours de consommation habituels et 23% les deux.

Plus généralement, l'augmentation de la consommation d'alcool est plus fréquemment mentionnée par les moins de 50 ans, les habitants de villes de plus de 100.000 habitants (13% contre 9% des habitants d’agglomérations de moins de 100.000 habitants) et les parents d'enfants de moins de 16 ans (18% contre 8% des répondants n'ayant pas d’enfant de moins de 16 ans). Un effet de sidération au début du confinement a pu entraîner une baisse du recours aux dispositifs d'aide pour lutter contre l'alcool et le tabac, estime l'organisme de sécurité sanitaire, dont l'enquête a été menée en ligne, entre le 30 mars et le 1er avril, auprès d'un échantillon représentatif de 2.003 personnes de plus de 18 ans. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

Qui sera vacciné et quand ? Les dates à connaître du calendrier vaccinal

Dr Gérald Kierzek : "Il n'y a aucune démonstration scientifique qu'un confinement intermittent a une efficacité"

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter