Tatouages éphémères : gare aux allergies sévères provoquées par le henné noir !

Tatouages éphémères : gare aux allergies sévères provoquées par le henné noir !

DirectLCI
ÉTUDE SANTE - Sur les bords de la plage ou au détour d’un marché, de nombreux vacanciers se laissent tenter par un tatouage éphémère. Mais prenez garde, le henné utilisé peut contenir une substance toxique qui provoque des réactions cutanées.

Jolis, peu onéreux et surtout éphémères, les tatouages au henné séduisent de nombreux vacanciers chaque été. Et s’ils s’estompent au fil des jours pour finalement disparaître à la fin de la saison, ils peuvent aussi créer des traces à plus long terme. 


C’est ce que signale un groupe de dermatologues et d’allergologues à l’Agence National de Sécurité du Médicament (ANSM). Ils recensent plusieurs cas d’eczéma allergique. Aussi appelée dermatite atopique, cette maladie inflammatoire chronique de la peau se manifeste par des rougeurs et des démangeaisons.

Une substance qui augmente la longévité des tatouages

A l’origine de l’apparition de la maladie "dans un délai de quelques jours à quelques semaines" : la paraphénylènediamine (PPD). "Cette substance est ajoutée illégalement au henné afin de donner une couleur noire aux tatouages et d’augmenter leur longévité", explique l’ANSM. Et pour cause, ce type de coloration est préféré à la teinte habituelle du henné qui varie du brun à l’orange.


Cette substance toxique est en revanche autorisée dans d’autres produits cosmétiques comme les teintures capillaires, où sa concentration ne peut excéder 6%, et pour colorer les textiles.

En vidéo

VIDÉO - Galères de vacances : comment protéger son (vrai) tatouage ?

Les risques : de la polysensibilisation à l’hospitalisation

Les conséquences du contact de la PPD avec la peau sont variables. "Les cas d'eczéma rencontrés peuvent entraîner des réactions violentes, nécessitant parfois une intervention médicale urgente voire une hospitalisation", prévient l’autorité sanitaire. Mais aussi : "Ils peuvent être limités à la zone tatouée ou s’étendre à la zone avoisinante voire à tout le corps". 


Autre risque : "ces réactions peuvent également conduire à une polysensibilisation, notamment à des caoutchoucs, des colorants vestimentaires et à des teintures capillaires et empêcher la pratique de certaines professions comme celle de coiffeur par exemple". Et cette sensibilisation, susceptible de toucher un public d’enfants et d’adolescents, "a un caractère irréversible", rappelle l’ANSM.

Ainsi, "compte tenu des cas d’eczéma allergique signalés, des difficultés de contrôle du circuit de distribution des produits et des lieux de réalisation des tatouages", l’autorité sanitaire déconseille la réalisation de tatouage noir au henné, au profit du henné naturel. En cas de réaction cutané, n'hésitez pas à consulter un médecin. 

Plus d'articles

Sur le même sujet